Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Le Burundi vient de perdre sept places dans le classement de la Banque Mondiale. Le rapport de Doing Business 2018 classe le Burundi à la 164ème place sur 190 pays du monde. En 2017, il occupait la 157ème place. L’Olucome, Observatoire de Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques explique cette régression est due au dysfonctionnement des affaires économiques au Burundi.

Les commerçants des anciens marchés réhabilités en Mairie de Bujumbura disent qu’ils travaillent dans de mauvaises conditions dans les marchés provisoires. Malgré la réouverture officielle, il y a deux mois, jusqu’à présent, ces marchés réhabilités ne sont pas encore fonctionnels. Les commerçants craignent que leurs échoppes soient concédées aux autorités du parti CNDD-FDD.

Paralysie des activités au port de Rumonge. A l’origine, des mésententes entre le gouverneur de province et le directeur de ce port. Une paralysie qui entraine  la régression de l’économie de la province de  Rumonge et celle de la population, selon le président de l’OLUCOME qui demande que ces deux autorités soient sanctionnées.

La hausse des  prix de l’électricité de la REGIDESO commencent à se repercuter sur certaines marchandises necessitant de l'électricité dans certains quartiers de la mairie de Bujumbura. Les propriétaires des moulins, salons de coiffures et autres indiquent qu’ils ont augmenté les prix de leurs produits pour pouvoir payer la REGIDESO. Ils demandent au gouvernement de revoir à la baisse les prix de l’électricité pour éviter qu’ils ne tombent en faillite.

Des conséquences économiques commencent à se répercuter sur la population de Rumonge suite à la pénurie du carburant. L'essence se retrouve beaucoup plus sur le marché noir à un prix exorbitant. Un commerce qui commence à attirer les policiers.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 111 invités et aucun membre en ligne