Une pénurie d’essence s’observe dans la province Gitega depuis le week-end dernier. Conséquence : les consommateurs tentent de s’approvisionner au marché noir où le litre d'essence coûte environ 6.000 francs. Une somme trois fois supérieure au prix officiel de 2.000 francs. Cette pénurie commence à frapper la capitale Bujumbura depuis ce lundi.

Toutes les stations de carburant localisées dans la ville de Kirundo sont à sec depuis près de deux mois. « Cette situation a occasionné la fermeture de ces stations jusqu’à l’heure actuelle », font savoir les conducteurs de motos et voitures en général qui ne savent pas actuellement à quel saint se vouer.

La police nationale a fermé une quinzaine de bureaux de change tôt ce lundi matin à Bujumbura.

Les habitants de la ville de Ngozi déplorent toujours les prix excessifs du sucre. Et cela malgré le fait que l'administration provinciale a récemment mise en place une commission en charge du contrôle du respect de la vente du sucre. 
Les burundais exerçant le petit commerce à la frontière burundo-tanzanienne n'ont plus le droit d'importer plus de 10 kilogrammes de marchandises. Chose étonnante, les tanzaniens s'approvisionnent comme ils veulent du côté burundais. Ce qui ne fait qu'exacerber la colère de ces commerçants burundais qui dénoncent le deux poids deux mesures. 

Publicité

TAARIFA YA HABARI YA 26/04/2015

Qui est en ligne?

Nous avons 148 invités et aucun membre en ligne