Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Certaines institutions étatiques sont pointées du doigt dans le trafic du sucre vers la RDC entre autre. Ce trafic illégal expliquerait la pénurie dans le pays du sucre et son prix élevé. Pour le président de l’association PARCEM, il est regrettable que les burundais manquent de sucre alors que la Société Sucrière du Moso (SOSUMO) avait été créée pour permettre à la population burundaise qui n’a pas les moyens de s’offrir du sucre importé de s’en approprier.

La population de GITEGA reproche à l'administration locale de ne pas faire respecter les prix officiels des produits de la SOSUMO et de la BRARUDI. Les prix du sucre et des boissons de la BRARUDI sont élevés par rapport au pouvoir d'achat de cette population, selon plusieurs témoignages.

Sur 15 millions de dollars américain destinés à l’importation du carburant, 12 millions ont été détournés par certains proches du parti au pouvoir CNDD-FDD en complicité avec le ministre de l’Energie, d’après le président de l’OLUCOME.

La population de la Mairie de Bujumbura s’alarme d’un risque de famine à cause de la flambée des prix des denrées alimentaires. La situation est aggravée par la misère que connaissent les familles. Certains habitants font savoir qu’ils ne sont plus capables d’assurer la ration quotidienne. 

Une nouvelle pénurie de carburant est signalée dans la ville de Gitega. Conséquence directe : les tickets de transport en commun sont en hausse. Au marché noir, le prix du carburant est aussi très élevé.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 179 invités et aucun membre en ligne