Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

 

Le président de la République confirme qu’aucun marché ne sera reconstruit sur le site de l’ancien marché central incendié il y a près de 2 ans. Pierre Nkurunziza a annoncé cela vendredi lors de sa conférence publique qu’à la place, il sera érigé des buildings commerciaux. Ces buildings vont remplacer les kiosques et stands.  « Cela nous a tous attristé, moi autant que vous car chacun avait des amis qui vendaient dans ce marché. C’est triste mais dans nos études que nous avons confié à des experts nous avons conclu que dans cet espace sera érigé un grand building commercial où il n’ay aura pas de place pour les petits kiosques. Nous ferons appel à de grands capitaux pour construire par exemple des parkings, des bâtiments commerciaux que vous voyez souvent dans d’autres pays, c’est ce qu’on appelle des « Mall ». On est à la recherche de capitaux. Les petits kiosques n’auront leur place que dans les marchés. Mais cet espace est vraiment stratégique. Ceux qui recherchent des produits de valeur se rendront là, les problèmes de parking seront résolus par des espaces payants. C’est donc tout ça que nous sommes en train de préparer dans cet espace stratégique pour le pays », a avancé le président Nkurunziza.                         

Le directeur général de l’autorité de l’aviation civile reconnait

Grogne du personnel de l’entreprise Global Port Services Burundi qui exploite le port de Bujumbura. Plus de 70 employés viennent d’être licenciés injustement, selon leur représentation au Conseil d’entreprise. Nous n’avons pas encore la version des faits de la part de la direction de l’entreprise Global Port Services Burundi.      

Voilà deux ans déjà que la concession du port de Bujumbura est dans les mains de l’entreprise Global Port Services Burundi. Les 70 personnes ont été licenciées d’une manière abusive puisque les raisons économiques évoquées par la direction ne sont pas valables d’après un des membres du Conseil d’entreprise de la société. D’après toujours ce dernier, l’Etat risque de perdre énormément s’il ne prend pas garde dans les meilleurs délais car seuls deux actionnaires sur 4 se sont déjà retirés des opérations financières au port de Bujumbura. Pour rappel, l’actionnaire principal sud-africain a été chassé sans toutefois qu’il ait déjà libéré le capital promis.    

L’exécution du budget de l’Etat pour l’exercice 2013 révèle des irrégularités notamment en ce qui concerne les exonérations accordées. C’est ce qu’a annoncé hier mercredi

A une année de la fin du Programme du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté, deuxième génération, le gouvernement du Burundi n’a pas encore bénéficié de 52 pourcent de l’ensemble des fonds promis par les bailleurs pour financer ce vaste programme. C’est l’une des conclusions du Comité National de Coordination des Aides dans son tout récent rapport. Ce document conclu également au déficit de capacités et de leadership de l’administration pour pouvoir présenter aux bailleurs de fonds des projets ainsi que le manque de mise en œuvre de certains engagements par le gouvernement.         

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 241 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha