Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Dans la commune Mukaza en Mairie de Bujumbura, le manque de courant électrique se ressent fortement dans les ménages. Les habitants des quartiers concernés demandent à la Regideso de prendre conscience que des familles ne vivent que grâce aux différents métiers qui nécessitent absolument de l’électricité.

Les consommateurs du carburant en commune Kayogoro de la province Makamba se plaignent de l'irrégularité du prix du carburant. Si ce produit n'est pas vendu à 4.000 francs burundais le litre, les preneurs sont obligés d'y ajouter un surplus de 10.000 francs burundais. Cette situation est consécutive à une pénurie de carburant, également généralisée dans tout le pays depuis la semaine dernière.

Une pénurie de charbon se fait sentir dans certains quartiers de la ville de Bujumbura. Elle est consécutive aux contrôles plus stricts dans le transport des sacs de charbon par les camions. Pour des mesures de sécurité, le nombre de sacs transporté a été diminué, occasionnant la hausse du prix du charbon à l’arrivée dans la capitale.

Certaines institutions étatiques sont pointées du doigt dans le trafic du sucre vers la RDC entre autre. Ce trafic illégal expliquerait la pénurie dans le pays du sucre et son prix élevé. Pour le président de l’association PARCEM, il est regrettable que les burundais manquent de sucre alors que la Société Sucrière du Moso (SOSUMO) avait été créée pour permettre à la population burundaise qui n’a pas les moyens de s’offrir du sucre importé de s’en approprier.

La population de GITEGA reproche à l'administration locale de ne pas faire respecter les prix officiels des produits de la SOSUMO et de la BRARUDI. Les prix du sucre et des boissons de la BRARUDI sont élevés par rapport au pouvoir d'achat de cette population, selon plusieurs témoignages.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 171 invités et aucun membre en ligne