Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

A une année de la fin du Programme du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté, deuxième génération, le gouvernement du Burundi n’a pas encore bénéficié de 52 pourcent de l’ensemble des fonds promis par les bailleurs pour financer ce vaste programme. C’est l’une des conclusions du Comité National de Coordination des Aides dans son tout récent rapport. Ce document conclu également au déficit de capacités et de leadership de l’administration pour pouvoir présenter aux bailleurs de fonds des projets ainsi que le manque de mise en œuvre de certains engagements par le gouvernement.         

Près de 250 vaches ont été saisies par des soldats ce mardi dernier dans la forêt de la Rukoko. Les vaches ont

Un comportement étrange s’illustre en commune Nyanza-lac. C’est en province Makamba. Des habitants démolissent eux-mêmes leurs propres maisons d’habitation. Environ 200 maisons ont déjà été détruites et ce depuis juin dernier. Parfois,

Le gouvernement du Burundi vient de revoir à la baisse les prix du carburant. Ainsi le prix d’un litre d’essence qui coutait 2.360 Fbu va désormais coûter 2.340 Fbu. Soit une diminution de 20 Fbu. Le pétrole lampant qui coûtait 2.060 Fbu le litre va coûter 2.020 soit une diminution de 40 Fbu. Le prix du gasoil reste inchangé et se maintient à 2.200 Fbu le litre. Le gouvernement burundais explique les raisons de cette baisse des prix de carburant par une diminution du prix de ces produits sur le marché international.

Plus de 10 mille vaches errent depuis hier mercredi après-midi le long de la route Bujumbura-Rugombo. Et pour cause : les militaires en position dans la réserve naturelle de la Rukoko ont détruit et brûlé les étables qui s’y trouvent. C’est la consternation du côté des éleveurs de cette partie de la commune Gihanga à Bubanza qui disent avoir perdus trace d’une partie de leur bétail. Les pertes sont énormes. Ces éleveurs indiquent qu’ils avaient tenu une réunion avec le gouverneur de la province Bubanza et le commandant de la région militaire ouest. Ces derniers leur ont demandé de porter des badges pour le renforcement de la sécurité. Ce qu’ils ont fait. Mais ce mercredi, ils ont vu leurs étables brûlées et leurs troupeaux dispersés. Contacté à propos, le porte-parole de l’armée burundaise, colonel Gaspard Baratuza, dit qu’il est encore trop tôt pour s’exprimer.    

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 197 invités et aucun membre en ligne