Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

L’association des commerçants ’’SOGEMANGO’’ n’est pas en bons termes avec le reste des commerçants. Cette association a imposé des mesures draconiennes visant à multiplier les amendes. Les commerçants prennent ces mesures comme une façon de les déloger pour que leurs échoppes et stands soient récupérés par les membres du parti CNDD-FDD.

« Alors qu’au cours de la période d’avril à septembre les importations atteignaient le point culminant au moment où les premiers mois de l’année sont normalement réservés aux bilans, cela a changé cette année ». C’est ce que témoigne un déclarant en douane qui a requis l’anonymat.

Les caféiculteurs de la commune Ngozi se lamentent qu’ils n’ont pas encore perçus l’argent de la dernière campagne caféicole.  Selon la confédération nationale des associations des caféiculteurs du Burundi (CNAC) dans la province de Ngozi, elle est en pleine campagne de taille et de paillage pour augmenter la prochaine production.

Les agriculteurs du café, culture industrielle la plus cultivée dans la province de Ngozi, menacent d’abandonner cette culture. Les raisons : cette culture n’est plus rentable actuellement. Ils préfèrent cultiver d’autres cultures qui n’exigent pas beaucoup d’entretien. C’est entre autre le haricot, les bananes, etc. Ces agriculteurs précisent que les engrais chimiques utilisés pour l’exploitation du café coutent très cher actuellement alors que le prix de revient est très minime par kilogramme de cerise. « Pendant cette campagne de café, 1 kilogramme de café cerise varie entre 480 francs et 540 francs burundais  », explique Lambert NUNZUBUMWE, coordonnateur technique au sein de la CNAC dans la province de Ngozi.

« Nous préférons la culture vivrière car un kilogramme de haricot coute entre 1000 francs burundais, un prix supérieur a celui du café », renchérissent les caféiculteurs. Certains de ces caféiculteurs affirment qu’ils n’ont même pas encore perçus leur argent de la part de certaines associations acheteurs alors qu’ils sont en pleine période agricole. Selon ces caféiculteurs, ils ne voient pas comment ils vont payer le matériel scolaire ainsi que les frais scolaires pour leurs enfants. « 90% des caféiculteurs n’ont pas encore été payés », confirme Lambert NUNZUBUMWE.

« Il faut revaloriser cette culture ».

Tels sont les propos des ces caféiculteurs. Ils demandent aux entreprises qui sont dans la filière café de disponobiliser les engrais chimiques et de les vendre à bas prix. Ils demandent aussi aux exportateurs de café d’augmenter le prix d’un kilogramme de café cerise et de leur payer le plus tôt possible les arriérés afin d’assurer la survie de leurs familles.

Dans le but de promouvoir cette culture, précise Lambert NUNZUBUMWE, la CNAC compte organiser une réunion de sensibilisation à l’ endroit des agriculteurs. Il lance un appel vibrant à tous les caféiculteurs et tous les acteurs dans la filière café de participer massivement à cette période de taille et de paillage qui a débuté depuis le mois de juillet, et qui va prendre fin ce mois d’août.

SONGAMBERE Radjabu, administrateur de la commune Ngozi fait savoir qu’ils vont mobiliser l’administration locale afin de revaloriser cette culture.

Dans la ville de Ngozi, la vie devient de plus en plus chère au vu des prix des produits de grandes nécessités. Ainsi un constat de hausse généralisé des prix s’observe dans quasiment tous les marchés : un kilogramme de riz de meilleure qualité coûte 1800 FBU ; les prix des pommes de terre varient entre 600 et 700 FBU le kilogramme ; un kilogramme d’oignons qui coutait 1000 FBU s’achète actuellement à 2500 FBU tandis que la farine de manioc s’achète entre 800 et 1000 FBU. Seuls les régimes de bananes sont au beau prix que ce soit dans les milieux ruraux ou les centres urbains.

La crise politique que traverse le Burundi vient d’empirer la situation économique du pays. Selon Faustin NDIKUMANA, président de la PARCEM, le gel de la coopération

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 127 invités et aucun membre en ligne