Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Les signes persecuteurs de la pénurie de carburant se manifestent déjà dans Bujumbura, la capitale. Les habitants de cette localité disent ne plus savoir à quel saint se vouer au moment où presque tous les produits de première nécessité se rarefient de plus en plus.

La pénurie des devises devient une menace sérieuse pour le peu d’industries existantes au Burundi. Certaines d’entreprises commencent à lancer les cris d’alarmes que leurs prévisions sont en rouge et craignent pour une fermeture prochaine.

Les anciens locataires des marchés récemment réhabilités à Bujumbura demandent qu’ils ne soient pas oubliés dans la nouvelle attribution des stands. Les travaux de réhabilitation ont pris fin depuis deux semaines, mais ces marchés restent clos.

La candidature du BURUNDI a été refusée par les autres pays membres de la communauté de développement économique des Etats d’Afrique Australe. Selon un économiste, le BURUNDI perd de grandes opportunités qui lui auraient permis de résoudre plusieurs problèmes auxquels le pays fait face. 

Les femmes commerçantes de la province Cibitoke frontalière avec le Rwanda disent être désespérées. Selon elles, les fruits et les légumes dont ils vendaient de l’autre côté de la frontière ne sont plus écoulés faute de clientèle. Cela depuis le début de la crise politico-sécuritaire de 2015 au Burundi, car ces femmes n’ont plus le droit de vendre leurs produits au Rwanda. 

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 178 invités et aucun membre en ligne