Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Les marchés réhabilités désertés par les commerçants

jeudi, 20 décembre 2018 10:58
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Après une longue période de réhabilitation, certains marchés de la capitale Bujumbura fermés depuis 2016 ont rouvert. Malgré leur réouverture, le constat est que plus de la moitié des stands restent inoccupés et ce pour plusieurs raisons. La Radio publique Africaine a fait une visite dans trois des marchés réhabilités.

Le marché de Ngagara fait partie des marchés récemment réhabilités. Pourtant, 9 mois après sa réouverture, on ne se croirait pas dans un marché. Plus de 70% des stands sont inoccupés. A l’intérieur de ce marché, rien ne montre qu’il est fonctionnel. Il s’y observe très peu de commerçants. Certains d’entre eux font savoir que les clients viennent à compte-gouttes et précisent que si rien ne change, ils vont eux aussi être contraints à partir.

 

« Ce marché a été fermé pendant un long moment. La plupart des propriétaires de stands sont allés dans d’autres marchés et ils ne peuvent plus revenir. » Le fait que ce marché soit entouré par des grands marchés comme celui de kamenge expliquerait aussi le manque criant des clients, expliquent-ils.

 

Au nouveau marché de Ruziba, seuls quelques stands sont ouverts. Une bonne partie de stands sont encore en cours de construction. Les commerçants rencontrés à ce marché font savoir que certains stands sont fermés du fait que la plupart d’anciens commerçants n’ont pas été servis alors que ce sont eux qui avaient des moyens financiers pour démarrer les activités : « Les personnes qui ont les moyens d’occuper ces stands ont été banni de leurs stands. En plus, ici, la location d’un stand revient à très cher pour de simples commerçants que nous sommes » Les plus chanceux parmi ces anciens locataires de ce marché n’ont eu que des tables placées dans des hangars en lieu et place d’échoppes.

 

Au marché de Musaga, des stands inoccupés s’observent également. Les commerçants rencontrés à ce marché font remarquer que c’est parce que les stands sont mal placés. En effet, il n’y a pas d’espace suffisant donnant accès à ces stands, raison pour laquelle ils ne trouvent pas preneurs. Quant aux marchés de Kinama et Kanyosha, ils sont toujours fermés en raison du problème de distribution de stands. En attendant que le problème soit résolu, la société de gardiennage dénommée « ULINZI KAZI » assure la sécurité des lieux.

 

Côté gouvernement, ils reconnaissent qu’une partie des stands n’est pas occupé et endossent la responsabilité aux seuls propriétaires qui ne se sont toujours pas acquittés de leurs dettes. Ramadan Nkurikiye, conseiller du maire de la ville de Bujumbura, dans une interview accordée à nos confrères du journal Burundi Eco, en a profité pour mettre en garde tout commerçant qui n’a pas encore mis en valeur son stand de le faire dans les plus brefs délais avant qu’il ne lui soit définitivement retiré.

Lu 1114 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 251 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha