Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

L’Entrepreneuriat en association, encourageable pour les burundais en exil

lundi, 01 octobre 2018 07:19
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Audace Bizabishaka Audace Bizabishaka

L’Union fait la force. Adage français qui a inspiré certains burundais exilés au Rwanda. Une centaine se sont mis ensemble pour ouvrir une coopérative et initier d’autres activités.

Il s’agit de 150 burundais qui ont créé une coopérative « I MUHIRA », agréée le 21 Octobre 2016.

 

Selon Audace BIZABISHAKA, président de cette coopérative, l’idée est née des burundais en exil. « Des burundais en exil ont eu l’idée de former une coopérative multifonctionnelle, pour survivre au pays d’accueil, » explique-t-il.

 

Au départ, ils étaient 130, mais actuellement ils ont admis 20 autres personnes et ils sont devenus 150. « Nous avons donné une cotisation de 220.000 franc rwandais chacun, équivalent de 250 dollars américains et nous avons ouvert les portes aux autres personnes qui apprécient et souhaitent adhérer à notre coopérative,’’ poursuit Monsieur Bizabishaka.

 

Le projet a débuté avec l’ouverture d’un resto-bar dénommé IMUHIRA. Ensuite, l’équipe a créé une caisse de solidarité qu’elle espère devenir un jour une microfinance qui, bien sûr pourrait être une institution financière, ajoute le président de la coopérative.

 

Lionel NINTERETSE, chargé de la coordination des activités au resto-bar dit qu’ils travaillent dur pour offrir un bon service aux clients. « Chez nous le client est roi! Avec 16 employés, nous essayons de bien et mieux faire. Même la sécurité est assurée. Et parmi le personnel figure des  rwandais.»

 

Le personnel se réjouit également. Burundais comme rwandais se félicitent d’avoir pu décrocher le travail au resto-bar IMUHIRA. « Etre dans un bar des burundais me fait plaisir. On y trouve le Mukeke, les ragouts,…et une cuisine burundaise allège le mal de notre pays, » nous ont confiés différents clients burundais, qui ajoutent même avoir trouvé un bon endroit où se rencontrer avec leurs visiteurs burundais venus d’ailleurs.

 

A coté de ceux qui travaillent dans le resto-bar, il y a des fournisseurs de services et/ou des biens qui se réjouissent des activités de la coopérative. « J’ai gagné un marché pour fournir des pommes de terre, des bananes et des légumes. C’est pour moi, ceci m’aide à prospérer », se réjouit un des fournisseurs burundais.

 

Audace BIZABISHAKA conseil aux burundais exilés d’apprendre la culture du travail en équipe pour réussir. Il invite aussi ceux qui voudraient les rejoindre.

 

Article de presse sur l’émission TURIHO du 03/04/2018. Avec le soutien de la Wallonie-Bruxelles International.

 

Lu 256 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 386 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha