Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

La promesse du gouvernement de mettre fin au délestage, une vaine promesse ?

lundi, 17 juillet 2017 08:09
Évaluer cet élément
(0 Votes)

A Bujumbura, le manque de courant électrique engendre de plus de en plus de conséquences néfastes pour plusieurs ménages. Les vendeurs de lait dans la zone de Nyakabiga sont particulièrement touchés, puisqu’ils déversent chaque jour une quantité non négligeable de lait avarié. Ils redoutent aussi que l’annonce d’une fin certaine du délestage annoncée par le gouvernement ne soit un vain espoir. 

 

Dans la zone Nyakabiga au centre de la ville de Bujumbura, le manque incessant de courant  affecte chaque jour les petits vendeurs. Plusieurs produits censés être frais ne se vendent plus, comme le lait. Un vendeur très déçu raconte déverser plus de la moitié de son stock de lait chaque jour, et ne compte plus les pertes journalières. 

 

« Il y a pas moyen de vendre du lait maintenant depuis au moins deux mois. Le lait est consommable quand il est frais. Les clients ont vraiment besoin du lait frais, mais maintenant on ne peut parvient pas à frigorifier le lait. Il y a une perte énorme des capitaux. Auparavant, j’achetais 40 litres de lait et je revendais tout le lait au comptant. Maintenant, j’achète uniquement 20 litres et je parviens à revendre 9 litres ; le reste est à déverser dans les caniveaux. C’est une perte énorme pour nous », se plaint ce vendeur de lait.

 

Ce manque criant d’électricité persiste alors que le gouvernement avait annoncé qu’avec le mois de juillet il n’y aura plus de problèmes de délestage. Seulement aujourd’hui, ils constatent que les coupures se sont accentuées, ne recevant de courant qu’une heure à Nyakabiga. 

 

« Au lieu que cette promesse aboutisse, maintenant c’est pire. Auparavant, on avait le courant de 18h à 8h du matin du jour suivant. Aujourd’hui, nous avons du courant de 18h à 19h, et le courant s’en va immédiatement après. Il n’y a pas moyen de travailler à cette heure, car il n’y a plus de clients potentiels en circulation ; ils sont à la maison en train de s’occuper de leurs familles », ajoute le vendeur de la zone Nyakabiga.

 

Ces habitants de la mairie de Bujumbura précisent qu’ils n’ont plus d’espoir comme cela avait été annoncé, et préfèrent attendre la saison des pluies pour un léger mieux. 

 

Lu 459 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 263 invités et aucun membre en ligne