Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

La pénurie de carburant paralyse tout le pays depuis près d’un mois

mercredi, 17 mai 2017 14:25
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La pénurie de carburant s’accentue dans la ville de Bujumbura, malgré les mesures de gestion des stocks annoncées par le ministère de l’énergie en charge de ce secteur. Les stations-services sont désertes, seules quelques-unes sont de temps à autre alimentées mais en quantité très insuffisante. 

 

Plusieurs stations-services qui, au début de la pénurie, parvenaient encore à servir du carburant, n’ont plus aucune goutte depuis plusieurs jours. C’est le cas de la station Mogas de Bwiza, ex-King Star, désertée par les véhicules depuis la semaine dernière faute de carburant. 

 

La station Top One de Kigobe, juste à côté du pont Ntahangwa, était assaillie de plusieurs véhicules depuis bien avant l’aube de ce mardi et ce mercredi. Il était difficile de se frayer un chemin, tellement les véhicules ne sont pas en files, mais s’amassent comme elles viennent vers les pompes qui desservent de l’essence. Si bien que des disputes surviennent à tout moment lorsque les pompistes tentent d’atteindre les réservoirs, chacun affirmant être « arrivé le premier ». 

 

Les policiers de contrôle au pont Ntahangwa tentent de réguler le service ;  mais les conducteurs sont à cran, craignant que les pompes ne s’assèchent avant qu’ils ne soient servis.  

 

A cette station, aucune goutte de mazout n’était disponible ce mardi ainsi que ce mercredi. Quelques véhicules avaient pu être servis en fin de semaine dernière, mais la pénurie de mazout s’intensifie notamment pour les véhicules de transport. Par ailleurs, ce mardi le ministère de l’énergie a annoncé la distribution d’un peu plus de 80.000 litres d’essence, mais pas encore de mazout.

 

La station Engen-shop communément appelée katikati desservait également du carburant depuis ce lundi et ce mardi matin.  Si bien que des conducteurs ont laissé leurs véhicules en file depuis la veille pour rentrer à pieds, de peur de se retrouver en bout de queue s’ils revenaient le lendemain. Contrairement aux habitudes, les taxis-motos sont parvenus à atteindre cette station, alors qu’ils ne sont pas autorisés à circuler en centre-ville. Mais la pénurie est tellement accentuée, que les conducteurs de taxi-motos n’ont pas d’autre choix et la police ne peut leur refuser le droit de s’approvisionner en carburant.

 

Dans les alentours du centre-ville, les stations Interpetrol du Novotel, Kobil sur le boulevard de l’Uprona ou au quartier asiatique, les stations étaient désertes faute de carburant ce mardi. Les mêmes files de véhicules ont repris dès mercredi, dans l’attente de la venue d’un camion acheminant du carburant aux stations.

 

La corruption s’invite sur les files d’attente des stations 

 

Avec la pénurie qui perdure, des personnes qui se font appelées ‘’commissionnaires’’ sont apparues dans les stations-services. Moyennant 5.000 francs ou plus, ces personnes vous apportent un bon permettant de quitter les longues files et d’aller directement à la pompe ; comme un « client prioritaire ». 

 

Cela était le cas lundi à la station-service appartenant à la société Interpetrol se trouvant au quartier asiatique sur le boulevard du 1er novembre, où 5.000 francs suffisaient pour passer du bout de la file à la pompe et partir rapidement. 

 

La situation était pareille mardi à la station-service se trouvant tout près du musée vivant. A cette station, les personnes se présentant avec des bidons en mains étaient plus nombreuses que les conducteurs. Pourtant, la police a tenté de les dissuader ces derniers jours, arguant qu’ils revendent le carburant au marché noir et à des prix exorbitants. 

 

La population de la Mairie de Bujumbura demande que le ministère en charge de ce secteur puisse trouver une solution définitive à cette grave pénurie de carburant dans les meilleurs délais. 

  

 

Lu 423 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 238 invités et aucun membre en ligne