Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

L’APRODH épingle des diplomates burundais promus pour leur zèle dans la violation des droits de l’homme

mercredi, 26 avril 2017 17:09
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Pierre-Claver Mbonimpa, président de l'APRODH Pierre-Claver Mbonimpa, président de l'APRODH

L’APRODH accuse le pouvoir de continuer à protéger les agents du Service National des Renseignements et autres personnes accusés de violations graves des Droits Humains au Burundi. Cela transparaît dans le 2ème rapport de l’organisation de défense des droits de l’homme qui relève quelques noms des agents de cette institution du ressort de la Présidence de la République à avoir bénéficié de ces faveurs.

 

Dans son rapport, l’APRODH mentionne que le Service National des Renseignements a contribué énormément à « motiver ses cadres trop zélés » dans la violation des Droits de l’Homme, en leur garantissant non seulement la protection, mais aussi des « postes juteux » après leurs forfaits.

 

L’APRODH regrette également que cette pratique s’est malheureusement propagée dans d’autres services de défense et du corps de sécurité. Selon le même rapport, des policiers et  des militaires  de tous les rangs,  présumés coupables des violations graves, ont été « remerciés » par les responsables de leurs corps notamment en les envoyant dans les missions de maintien de la paix au compte des Nations Unies ou de l’Union Afrique. Toutefois, l’APRODH se réjouit  que ces institutions de marque ont déjà « compris » la stratégie, « et n’ont pas hésité à prendre des mesures de renvoyer de ces missions des policiers et des militaires présumés coupables de graves violations des Droits Humains ».

 

Dans ce document, l’APRODH cite entre autre Jean Bosco Ngendanganya, accusé de tortures. Il a été promu au poste du conseiller d’Ambassade du Burundi en Afrique du Sud.

 

Alexis Ntukamazina, actuel Ambassadeur du Burundi au Rwanda, est accusé par l’APRODH d’être parmi les tortionnaires d’Alphonse Marie Kadege, ancien Vice-Président de la République. Alexis Ntukamazina avait été promu  1er Secrétaire d’Ambassade à New-York où il passera peu de temps, « grâce aux dénonciations des burundais vivants en Amérique » et il sera vite expulsé en Juillet 2012, poursuit l’APRODH. 

 

Au lieu d’être poursuivi, il a été directement nommé 1er Conseiller d’Ambassade en Tanzanie. Un peu après, le président Pierre Nkurunziza nommera Alexis Ntukamazina pour représenter le régime de Bujumbura au Nigéria ; mais ce pays a refusé de l’accréditer. En 2014, cet ancien agent du SNR a été cette fois nommé comme Ambassadeur du Burundi au Rwanda, où il se trouve jusqu’à maintenant. 

 

Le rapport de l’APRODH parle également du Général de Brigade  Agricole Ntirampeba, que l’organisation accuse d’être parmi ceux qui ont planifié et exécuté les assassinats postélectorales de 2010. Ces assassinats ont visé des membres des partis FNL et MSD notamment ; mais également les massacres de Gatumba de Septembre 2011, explique l’APRODH. C’est d’ailleurs après ces séries d’assassinats qu’Agricole Ntirampeba passe du grade de Lieutenant-colonel à celui de Général de Brigade « en guise de remerciement ». 

 

L’APRODH cite aussi dans son rapport Albert Shingiro, principal artisan du Journal en ligne Nyabusorongo avec des « enseignements divisionnistes ». Il est actuellement Ambassadeur permanent du Burundi auprès des Nations Unies. « Il continu d’enterrer vivant les burundais en s’opposant bec et ongles aux résolutions onusiennes d’envoie des forces qui viendraient  protéger les burundais », accuse l’organisation dirigée par Pierre Claver Mbonimpa.

 

L’APRODH compare en ce moment le Service National des Renseignements burundais de Pierre Nkurunziza à la Documentation des années 1980 de Hissène Habré, l’ancien dictateur Tchadien jugé responsable de milliers d’exécutions durant le temps qu’il a passé au pouvoir.

 

Lu 317 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 166 invités et aucun membre en ligne