Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Les billets de 100 francs et pièces de 50 francs devenus très rares au Burundi

mercredi, 25 janvier 2017 12:41
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Les billets de 100 francs et les pièces de monnaie de 50 francs burundais sont insuffisants au Burundi. Cela handicape le petit et moyen commerce. Les commerçants demandent aux responsables de frapper ces monnaies et de mettre en circulation d’autres billets et pièces.
 
Les commerçants qui souffrent le plus de cette insuffisance de billets de 100 francs et de pièces de monnaie de 50 francs sont ceux qui vendent les articles pour lesquels ils doivent rendre quelques billets de petite monnaie. 
 
Souvent, les commerçants manquent de billets ou de pièces de monnaie. Conséquence, ou bien le client laisse cet argent, ou bien c’est le vendeur qui abandonne l’argent. Pour certains produits, les vendeurs sont contraints d’arrondir les prix, de telle sorte qu’ils n’ont plus à rendre aux clients les billets de 100 francs ou les pièces de monnaie de 50 francs. 
 
Dans d’autres cas, le vendeur propose au client d’acheter un petit article correspondant au prix de la monnaie due. Cela peut être des bonbons, des sucettes ou même des unités de recharge pour les téléphones mobiles. 
 
Les vendeurs d’arachides et des œufs cuits, les cabaretiers, les vendeurs des divers articles dont le prix n’est pas un chiffre rond comme 500, 1.000, 2.000, 5.000 et 10.000 francs font toujours face à ce problème de manque de petite monnaie. Et lorsque les billets de 100 francs sont remis aux clients, ces derniers se plaignent de recevoir des billets déchirés ou écornés. La BRB n’a en effet plus produit de nouveaux billets de 100 francs depuis quelques années.  
 
Cette carence se remarque spécialement dans la ville de Bujumbura comme dans les bus de transport en commun. Les convoyeurs de bus ont souvent un problème d’avoir des billets de 100 francs ou de pièces de 50 francs à rendre. Ainsi, ils exigent quelques fois aux passagers d’avoir la monnaie nécessaire correspondant au ticket, en l’occurrence 350 francs qui constituent le prix actuel du transport urbain. 
 
Les clients et les passagers des bus affirment qu’ils sont aussi gênés par le manque de petite monnaie, surtout quand les vendeurs leur disent qu’ils n’ont pas de billets ou de pièces à leur remettre et leur proposent de « revenir les récupérer plus tard ».
 
Depuis l’introduction des pièces de 50 francs, les billets de 20 et 10 francs ont pour leur part mystérieusement disparus de la circulation, sans que la banque centrale ait signalée les avoir retirés du circuit. 
Lu 312 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 188 invités et aucun membre en ligne