Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Vingt milliards de francs d’indemnités salariales pour plus de 85.000 fonctionnaires

jeudi, 12 janvier 2017 09:40
Évaluer cet élément
(3 Votes)
Plus de 85.000 fonctionnaires de l’Etat vont bénéficier d’indemnités salariales au cours de cette année 2017. C’est une prévision d’ajustement des disparités salariales du gouvernement burundais, comprise entre 10.000 et 48.000 francs pour les fonctionnaires et agents publics. 
 
Cependant, les militaires, les policiers, les magistrats et les fonctionnaires du secteur de la santé « ne sont pas concernés par cette prévision », comme contenu dans une ordonnance interministérielle sortie par le secrétariat-général du gouvernement. Cette ordonnance « gèle » du même coup toutes les indemnités et les primes annales, « exceptés pour les corps de défense et de sécurité ».
 
L’enveloppe de 20 milliards de francs couvrira la période du 1er Janvier au 31 Décembre 2017. Cinq catégories de fonctionnaires bénéficieront de cette hausse de salaires. Il s’agit de la catégorie de directions composée de 7.331 personnes, la hausse est comprise entre 38.000 et 48.000 francs par mois. 
 
Suit la catégorie de collaborations subdivisées en deux groupes : ceux ayant des diplômes universitaires au nombre de 5.865 recevront une indemnité qui se situe entre 26.000 et 40.000 francs. L’autre groupe de 63.196 détenteurs de diplômes des humanités générales verront leur salaire majoré d’une somme comprise entre 13.000 et 23.000 francs. 
 
La quatrième catégorie est celle des 8.198 sous-contrats qui auront une hausse de salaire de 10.000 francs. L’autre catégorie est celle de l’exécution composée de 2.161 agents publics qui auront une majoration salariale de 10.000 à 20.000 francs, indique le document.
 
Dans la même ordonnance interministérielle, l’article 5 gèle financièrement les annales, toutes les primes de fidélité et autre prime conjoncturelle pour tous les fonctionnaires et agents publics, ainsi que le personnel des administrations et établissements publics à l’exception des corps de défense et de sécurité publique. 
 
Et dans son article 7, l’ordonnance interministérielle oblige aux entités administratives qui avaient octroyé les primes, les annales et les indemnités conjoncturelles pour le mois de Janvier 2017 de « remettre au ministère des finances le rapport de leur recouvrement au plus tard le 31 Mars 2017 ».             
 
Lu 1424 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 150 invités et aucun membre en ligne