Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Un enfant a été retrouvé quatre mois après sa disparition du camp de Nduta en Tanzanie. Il est l’un des nombreux enfants disparus de la sorte dans ce camp. L’enfant a témoigné avoir été déporté vers Nguruka dans la province de Kigoma pour être ensuite emmené dans la province Shinyanga pour des travaux forcés.

La Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH) dresse un bilan noirci de la situation au Burundi depuis deux ans. Dans un rapport publié ce mardi 4 juillet 2017 avec des organisations partenaires, elle affirme que plus de 1.200 personnes ont été assassinées et près de 900 portées disparues. 

Quatre personnes d'une même famille ont été arrêtées ce dimanche 2 Juillet 2017 par des militaires qui opèrent dans la localité de Ruhinga en Commune Mugamba, Province Bururi. Le mobile de leur arrestation reste inconnu. Les proches craignent pour leur sécurité, vu qu'ils ignorent l'endroit de leur détention. 

Un Burundais souffrant de multiples coups et blessures a été exfiltré de l’Hôpital King Abdelaziz Medical City en Arabie Saoudite pour être emprisonner. Placide Ndikumana venait de passer plus d’un mois alité dans cet hôpital suite aux coups reçus d’un groupe de personnes non identifiées. Le consulat burundais en Arabie Saoudite ne veut pas s’impliquer pour ce Burundais, car le considérant comme un sans papier. 

Le Major Marius Gahomera vient d’être nommé pour commander le 44ème bataillon des militaires Burundais déployés à l’AMISOM, la mission africaine de maintien de la paix en Somalie. Il a été nommé le 21 Juin 2017 et entrera en fonction au mois de Juillet prochain. Il s’était illustré dans des violations des droits humains et le parquet général de la République burundaise avait demandé sa mise en examen. 

Les enfants de la rue sont constamment malmenés par la police anti-émeute. A Bujumbura, les enfants sont arrêtés et emprisonnés et certains subissent des tortures. Les défenseurs des droits des enfants demandent au gouvernement de mettre sur pied des centres d’accueil et de formation professionnelle pour sortir ces enfants des rues.

Des violences sexuelles ont été commises au Burundi dans l’impunité totale depuis avril 2015, estime la commission d’enquête sur le Burundi qui a informé le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU de l’état des enquêtes. 

Après la libération la semaine dernière des quatre hommes accusés du meurtre de la belle-sœur d’Oscar Ntasano, Bernadette Baragendanwa, le FOCODE trouve cela incompréhensible. Selon Pacifique Nininahazwe, les auteurs de la disparition forcée de Ntasano veulent brouiller les pistes, bien que le FOCODE ait des preuves que le président Nkurunziza et d’autres hautes personnalités sont derrière cette affaire.

La commission d’enquête internationale sur le Burundi indique que plusieurs cas d’exécutions, de disparitions forcées, de tortures et de violences sexuelles ont été documentés ces 4 derniers mois. Cette commission a présenté son second rapport au conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève ce Jeudi.

Le chef de la ligue Imbonerakure de la commune de Gihanga en province Bubanza porté disparu il y a une semaine a été retrouvé ce mercredi. Pasteur Hakizimana a été auditionné par le procureur de Bubanza, mais les raisons de cet interrogatoire ne sont pas connues. 

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 157 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha