Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Une centaine de jeunes filles ont été embarquées à destination de l’Oman et del’Arabie Saoudite en moins d’une semaine. Selon l’association FOCODE, la majorité de ces filles sont originaires de la Province de Cankuzo. Le FOCODE dénonce un trafic humain piloté par certains cadres hauts placés du parti au pouvoir CNDD-FDD en complicité avec des agents de la Police des frontières et de l’Aéroport de Bujumbura.

Depuis qu’il a été arrêté par le Service National des Renseignements, il y’a de cela deux semaines, Calixte Irankunda est porté disparu. La famille de cet homme originaire de la province Bujumbura se trouve dans le désespoir de ne plus le retrouver et craint qu’il n’ait été exécuté.

Les organisations de la société civile burundaise continuent de produire des rapports sur les violations des droits de l’homme au Burundi surtout en cette période de crise. Ces rapports mettent en exergue les exactions commises par des agents des services de sécurité de l’Etat, des jeunes affiliés au parti au pouvoir ainsi que des groupes armés qui ne revendiquent pas leurs crimes. Une tâche qui n’est pas aisée avec la fermeture imposée à d’importantes organisations de la société civile, pour justement éviter qu’elles ne poursuivent leurs activités.

Six jours viennent de s’écouler sans que la famille de l’adjudant Philibert Nduwamungu n’ait de ses nouvelles. Il a été arrêté avec deux autres militaires issus des ex-FAB (forces armées burundaises). Un troisième militaire qui se trouvait avec eux est un ancien combattant de mouvement armé mais n’a pas été inquiété. 
Les jeunes du parti au pouvoir CNDD-FDD participent de plus en plus aux arrestations de civils en lieu et place des agents des forces de l’ordre. Décris dans certaines communes come hors-la-loi, ces ‘’Imbonerakure’’ arrêtent des gens, volent leurs biens et vont jusqu’à ordonner ensuite aux policiers de les emprisonner. 
Un officier du Service national des Renseignements est porté disparu depuis le 1er Mai 2016. La famille de Savin Nahindavyi  a mené des recherches partout sans succès mais affirme qu’il a disparu alors qu’il se trouvait à son travail. La famille du disparu s’est adressée à la direction du SNR pour qu’elle renseigne sur le lieu où se trouve l’officier, mais en vain. 
Plus de 900 militants du parti FNL aile Agathon Rwasa sont en prison et un nombre inconnu de ses partisans ont été assassinés depuis 2015. Les FNL se plaignent de l’inertie de leur leader Agathon Rwasa.
Perpétue Munezero, une Burundaise native de la zone Kinama en Mairie de Bujumbura, s’est réfugiée en Ouganda l’année dernière suite à la crise causée par le troisième mandat du Président Nkurunziza. Elle a été blessée par balle au camp de Nakival à Kampala au mois d’octobre 2015. « On réclamait avec d’autres Burundais le statut de réfugiés au camp de Nakival. La police ougandaise est venue nous disperser en nous tirant dessus, c’est là que Perpétue Munezero a été touchée», raconte un de ses amis.
La sécurité physique et des biens des réfugiés Burundais n’est pas assurée en Zambie. Depuis lundi, personne n’ose mettre le nez dehors de peur d’être agressé. Les zambiens accusent les étrangers de commercialiser des membres des corps humains amputés, ce que réfutent les réfugiés. Ils demandent au gouvernement zambien de garantir leur sécurité.
Arrestation d’une dizaine de jeunes par des agents du Service National des Renseignements, sur la colline Kimenyi, Zone Mugomera de la Commune et Province Ngozi, il y’a de cela plus d’une semaine. Les autorités administratives et policières affirment qu’elles ignorent l’arrestation de ces dix jeunes et leurs destinations. Les proches et les familles n’ont aucune nouvelle depuis leurs arrestations et implorent d’être mis au courant de leurs lieux de détention.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 173 invités et aucun membre en ligne