Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Un habitant de la Province MUYINGA a été sérieusement tabassé ce mardi 28 novembre par le responsable du service national des renseignements dans cette Province. Ce jeune homme est reproché d’avoir croisé son regard. Révoltés, les habitants de MUYINGA demandent aux chefs hiérarchiques de mettre fin à ce genre de pratiques, d’autant plus que ce n’est pas la première fois que cette autorité use de violence à l’endroit des populations innocentes.

Manifestation ce lundi 27 novembre des citoyens congolais de la localité de Kamanyola pour protester contre la présence des réfugiés burundais dans cette localité. Pris de panique, ces réfugiés demandent d’être délocalisés vers un autre pays d’accueil car la population congolaise a déjà démontré qu’elle n’a plus besoin de leur présence sur son territoire.

Depuis un mois, l’Ambassadeur du Burundi auprès des Nations Unies, Albert Shingiro, menace publiquement de traduire en justice les membres de la  Commission d’enquête de l’ONU qui enquêtent sur les exactions commises au Burundi depuis avril 2015,  pour diffamation et  tentative de déstabilisation  des institutions burundaises. Menaces jusqu’ici pas encore condamnées par les Nations-Unies, mandants de ladite commission. Une attitude que dénonce l’organisation internationale de défense des droits de l’homme, Human Right Watch.

Front Line Defenders exhorte les autorités du Burundi à libérer immédiatement et sans conditions Nestor Nibitanga, ancien représentant de l’APRODH dans la région centre du Burundi. Dans un communiqué de ce jeudi 23 Novembre, Front Line Defenders, lance un appel urgent aux autorités burundaises de cesser de cibler tous les défenseurs des droits humains au Burundi.

La politique burundaise de dénigrer le travail du haut-commissariat des Nations-Unies aux droits de l’homme préoccupe le haut-commissaire. Dans une déclaration du 21 Novembre 2017, Zeid Ra’ad Al Hussein qualifie les efforts de Bujumbura de boycott des mécanismes misent en place par les pays membres du conseil des Nations-Unies des droits de l’homme.

Une chambre correctionnelle vient d’être installée dans les bureaux de la permanence nationale du parti CNDD-FDD avec objectif, punir tout contrevenant à la volonté du Président Pierre NKURUNZIZA par la torture et le passage à tabac. Ceci en réponse aux récentes déclarations de NKURUNZIZA de mettre à mort ses opposants d’ici 2018. C’était samedi 18 Novembre 2017 en Province CIBITOKE.

Manifestation des femmes ce lundi 20 novembre 2017 au chef-lieu de la province de Muyinga pour protester contre la mise en liberté d’un détenu accusé de viol des femmes et filles. Des informations en provenance de Muyinga indiquent que ce détenu du nom d’AFIZI aurait déjà pris le large.

Bilan de 12 personnes tabassées par les Imbonerakure en zone Cumba commune et province Muyinga, depuis le début de cette semaine. Les victimes sont tabassées  pour ne pas avoir participé aux manifestations contre la décision de la CPI.  Ces habitants  désespèrent car disent-ils, ces actes sont commis au su et au vu des administratifs.

Deux femmes de la Commune Kiremba en Province Ngozi ont été violées ce dimanche 5 Novembre 2017 dans la soirée par des jeunes Imbonerakure du parti CNDD-FDD qui effectuaient des rondes nocturnes. Les deux victimes sont actuellement alitées à l’hôpital de Kiremba. La population pointe du doigt la police qu’elle accuse d’avoir facilité l’évasion des auteurs de ce viol.

Le passage à tabac du président de la Commission nationale des terres et autres biens (CNTB) de Mishiha serait lié aux mésententes entre ce président de la CNTB, également membre du Conseil communal, et l’administrateur de Mishiha. Des mésententes basées sur la gestion opaque du budget de développement communal.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 393 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha