Un officier du Service national des Renseignements est porté disparu depuis le 1er Mai 2016. La famille de Savin Nahindavyi  a mené des recherches partout sans succès mais affirme qu’il a disparu alors qu’il se trouvait à son travail. La famille du disparu s’est adressée à la direction du SNR pour qu’elle renseigne sur le lieu où se trouve l’officier, mais en vain. 
Plus de 900 militants du parti FNL aile Agathon Rwasa sont en prison et un nombre inconnu de ses partisans ont été assassinés depuis 2015. Les FNL se plaignent de l’inertie de leur leader Agathon Rwasa.
Perpétue Munezero, une Burundaise native de la zone Kinama en Mairie de Bujumbura, s’est réfugiée en Ouganda l’année dernière suite à la crise causée par le troisième mandat du Président Nkurunziza. Elle a été blessée par balle au camp de Nakival à Kampala au mois d’octobre 2015. « On réclamait avec d’autres Burundais le statut de réfugiés au camp de Nakival. La police ougandaise est venue nous disperser en nous tirant dessus, c’est là que Perpétue Munezero a été touchée», raconte un de ses amis.
La sécurité physique et des biens des réfugiés Burundais n’est pas assurée en Zambie. Depuis lundi, personne n’ose mettre le nez dehors de peur d’être agressé. Les zambiens accusent les étrangers de commercialiser des membres des corps humains amputés, ce que réfutent les réfugiés. Ils demandent au gouvernement zambien de garantir leur sécurité.
Arrestation d’une dizaine de jeunes par des agents du Service National des Renseignements, sur la colline Kimenyi, Zone Mugomera de la Commune et Province Ngozi, il y’a de cela plus d’une semaine. Les autorités administratives et policières affirment qu’elles ignorent l’arrestation de ces dix jeunes et leurs destinations. Les proches et les familles n’ont aucune nouvelle depuis leurs arrestations et implorent d’être mis au courant de leurs lieux de détention.
« Au Burundi les enquêtes du gouvernement passent sous silence les abus des forces étatiques ». Ainsi est intitulé un rapport du 13 Avril 2016 sorti par l’organisation Human Rights Watch. 
Une jeune femme, Jeanne Ndayishimiye, a été arrêtée mardi à l’aéroport de Bujumbura alors qu’elle s’apprêtait à embarquer pour Kigali au Rwanda. Elle est accusée d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat. Mais la jeune femme serait victime de ses liens de parenté avec la directrice de la radio Isanganiro en exil, Anne Niyuhire qui est sa sœur. 
C’est le résultat des enquêtes menées par l’organisation internationale des réfugiés, International Refugees Rights Initiative, IRRI. Selon cette ONG, des milliers de burundais ont pris le chemin de l’exil suite à la situation d’insécurité prévalent au Burundi, un chemin toujours emprunté jusqu’à aujourd’hui. Ceux restés au pays vivent dans la terreur, les rumeurs aggravant cet état des lieux. Pour l’IRRI, la réouverture des médias indépendants est non négociable, car d’après elle, ils contribueraient à la résolution pacifique du conflit inter-burundais.
Le chef adjoint de la Police des frontières et des étrangers (PAFE) à Muyinga est porté disparu depuis le 27 mars 2016. L'OPP2 Simon Masumbuko a été vu pour la dernière fois en compagnie de son supérieur hiérarchique Alfred Manirakiza.
Un militant du parti d’opposition UPRONA dirigé par Charles Nditije est emprisonné depuis deux semaines à Cankuzo. Mvuyekure Abdallah ainsi que son ami surnommé Kicwa sont accusés d’avoir insulté des policiers, accusations réfutées par ces deux hommes. Leurs  familles respectives ainsi que la famille politique de Mvuyekure Abdallah dénoncent des arrestations arbitraires avec mobiles politiques.

Publicité

TAARIFA YA HABARI YA 26/04/2015

Qui est en ligne?

Nous avons 218 invités et aucun membre en ligne