Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Le Major Marius Gahomera vient d’être nommé pour commander le 44ème bataillon des militaires Burundais déployés à l’AMISOM, la mission africaine de maintien de la paix en Somalie. Il a été nommé le 21 Juin 2017 et entrera en fonction au mois de Juillet prochain. Il s’était illustré dans des violations des droits humains et le parquet général de la République burundaise avait demandé sa mise en examen. 

Les enfants de la rue sont constamment malmenés par la police anti-émeute. A Bujumbura, les enfants sont arrêtés et emprisonnés et certains subissent des tortures. Les défenseurs des droits des enfants demandent au gouvernement de mettre sur pied des centres d’accueil et de formation professionnelle pour sortir ces enfants des rues.

Des violences sexuelles ont été commises au Burundi dans l’impunité totale depuis avril 2015, estime la commission d’enquête sur le Burundi qui a informé le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU de l’état des enquêtes. 

Après la libération la semaine dernière des quatre hommes accusés du meurtre de la belle-sœur d’Oscar Ntasano, Bernadette Baragendanwa, le FOCODE trouve cela incompréhensible. Selon Pacifique Nininahazwe, les auteurs de la disparition forcée de Ntasano veulent brouiller les pistes, bien que le FOCODE ait des preuves que le président Nkurunziza et d’autres hautes personnalités sont derrière cette affaire.

La commission d’enquête internationale sur le Burundi indique que plusieurs cas d’exécutions, de disparitions forcées, de tortures et de violences sexuelles ont été documentés ces 4 derniers mois. Cette commission a présenté son second rapport au conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève ce Jeudi.

Le chef de la ligue Imbonerakure de la commune de Gihanga en province Bubanza porté disparu il y a une semaine a été retrouvé ce mercredi. Pasteur Hakizimana a été auditionné par le procureur de Bubanza, mais les raisons de cet interrogatoire ne sont pas connues. 

Un membre du parti FNL pro-Rwasa a été arrêté ce mardi 13 juin 2017 par des agents du Service national des Renseignements dans la ville de Gitega. Alain Nduwayezu est accusé de faire partie d'un groupe de gens qui tendait des embuscades sur différents axes de la ville de Gitega.

Un réfugie burundais du camp de Nduta en Tanzanie est accusé d’être le principal responsable du trafic d'enfants qui s'opère dans le camp. Selon les Burundais vivant au camp de Nduta, pour chaque enfant enlevé, ce trafiquant recevrait une somme de cent mille shillings tanzaniens.

En Tanzanie, le kidnapping des enfants réfugiés prend de plus en plus une ampleur inquiétante. Au moins quarante enfants du camp des réfugiés de NDUTA ont été enlevés pour être utilisés comme tacherons à Tabora. Les parents demandent l’assistance du HCR et de la police tanzanienne pour récupérer leurs enfants emmenés clandestinement.

Deux jeunes Imbonerakure du parti au pouvoir CNDD-FDD de la zone Musaga sont portés disparus depuis deux semaines. Les familles des deux jeunes hommes sont passées par tous les cachots de Bujumbura pour tenter de retrouver leur trace, sans succès. Ces deux jeunes imbonerakure seraient les auteurs de l’assassinat de trois autres jeunes imbonerakure dans la même zone au mois de mai dernier.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 218 invités et aucun membre en ligne