Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Un baptême qui tourne au vinaigre

mardi, 24 avril 2018 19:58

Six membres du parti FNL de la coalition Amizero y’abarundi ont été arrêté par la police dimanche dernier en commune Giheta de la province Gitega. Accusés de tenir des réunions illégales, ces FNL sont pour le moment détenus au cachot du commissariat de Gitega.

L’opération de fouille perquisition de la police nationale dans les ménages de la ville de Bujumbura se fait sur fond d’intimidation. Selon les personnes perquisitionnées, les policiers qui font cette opération leur lancent des menaces d’incarcération pour un rien et ne se calment que s’ils reçoivent des pots-de-vin. 

La trésorière du parti FNL de la coalition Amizero y’abarundi a été retrouvée le matin de ce lundi dans un état critique sur la colline GATWE, zone KIZUKA de la commune et province RUMONGE. Elle avait  été enlevée par les jeunes affiliés au parti CNDD-FDD dans la nuit de ce samedi 21 Avril. Les voisins de la victime s’inquiètent car ce forfait a été commis à quelques mètres d’une position de police.

Peur panique au sein de la population de la zone KIZUKA en zone et province RUMONGE suite aux slogans scandés par des Imbonerakure. La population de cette localité dit être terrifiée par ces chansons qui mettent en garde celui qui ne votera pas en faveur du prochain référendum constitutionnel.  

Grogne des habitants de la commune GIHANGA en province BUBANZA. Ils ont été malmenés par des agents de l’ordre et les Imbonerakure ce mardi 17 Avril dans la soirée, après une attaque menée par des hommes armés dans cette commune ce lundi.

Les Forces gouvernementales du Burundi, ainsi que des membres du parti au pouvoir, ont tué et passé à tabac des opposants au référendum constitutionnel, prévu pour le 17 mai 2018, qui permettrait au Président Pierre Nkurunziza de rester au pouvoir au-delà du terme de son mandat actuel. Déclaration de Human Rights Watch dans un rapport rendu public ce mardi 17 Avril. Cette organisation de défense des Droits Humains indique que ces exactions reflètent l’impunité dont jouissent généralement les autorités locales, la police et les membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure, pour les abus qu’ils commettent.

Trois gens dont un élu du peuple, ont été violement battus par des Imbonerakure de Kanyosha le matin de ce vendredi 13 Avril. Les administratifs à la base seraient complice de ces actes. Les habitants de Kanyosha demandent la libération d’un membre de la coalition Amizero y’abarundi, son arrestation ayant déclenché ces violences.

Après 4 jours d’incarcération, le chef de zone Mukungu est de nouveau libre sous caution. Arrêté pour commerce de boisson prohibée, Audace NDAYITWAYEKO avait été condamné à un an de prison ferme avec une amende de 500.000 Francs burundais. Malgré cette condamnation, il a repris sa fonction juste après sa libération.

Plus de 400 réfugiés burundais sont incarcérés dans différentes prisons de la Tanzanie. Accusés de plusieurs délits, parmi eux se trouvent des responsables des camps de réfugiés à l’instar de celui de Nduta.

Les fonctionnaires de l’Etat et agents des ONG opérant en commune Mbuye, province Muramvya se disent menacés par le commissaire communal de police. Les plus visés sont ceux qui ne sont pas affiliés au parti CNDD-FDD surtout de l’ethnie Tutsi. Retrouvés en petit groupe, le commissaire les accuse de sensibiliser à voter contre le referendum de la constitution.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 220 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha