Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

L'APRODH se dit préoccupée par le refus imposé à certains prisonniers d'aller se faire soigner à l’extérieur des prisons. Pierre-Claver Mbonimpa, président de ladite association, donne l'exemple de la prison de Gitega où une liste des contestataires du 3ème mandat du Président Pierre Nkurunziza a été établie, afin de ne pas leur accorder l'autorisation de se rendre à l'hôpital même s'ils seraient gravement malades.

Emprisonnés depuis le 1er trimestre de l’année 2017, ces Burundais ont été arrêtés à la frontière entre le Zimbabwe et l’Afrique du Sud. Ils sont accusés d’avoir franchi la frontière sud-africaine en « situation irrégulière », mais affirment cependant être détenus dans de très mauvaises conditions carcérales et appellent le gouvernement burundais et les défenseurs des droits humains d’intervenir.

« Les femmes unies contre la violence, le viol et la haine au Burundi » est l’intitulé d’une pétition de femmes leaders de différents coins du Burundi. Elles demandent au destinataire de la pétition, en l’occurrence l’Union Africaine, l’Union Européenne, l’ONU et la Communauté de l’EAC de traduire en justice les auteurs de ces crimes.

La population burundaise dénonce presque quotidiennement les violations des droits humains commises par les imbonerakure du parti CNDD-FDD dans le pays. L’ONU qualifie de miliciens les jeunes du parti au pouvoir. Selon certaines organisations de la société civile, ces jeunes du parti présidentiel agissent souvent en groupe, en collaboration avec le Service National des Renseignements.

L’APRODH accuse le pouvoir de continuer à protéger les agents du Service National des Renseignements et autres personnes accusés de violations graves des Droits Humains au Burundi. Cela transparaît dans le 2ème rapport de l’organisation de défense des droits de l’homme qui relève quelques noms des agents de cette institution du ressort de la Présidence de la République à avoir bénéficié de ces faveurs.

Il y a une année, le Général de Brigade Athanase Kararuza, son épouse, son enfant et l’un de ses gardes de son escorte étaient assassinés dans une attaque d’une violence redoutable. La police et l’armée n’ont pu déterminer à ce jour qui sont les auteurs de ce crime, alors que le Président Nkurunziza s’était empressé d’ordonner des enquêtes endéans une semaine. 

Près d’une semaine après l’enlèvement et la disparition de l’homme d’affaires Oscar Ntasano, la famille et les voisins du propriétaire du Nonara Beach Hôtel craignent qu’il ne soit plus en vie. Le véhicule qu’il conduisait avant sa disparition a été retrouvé ce weekend à Kirundo dans le nord du pays. 

Le conseil de sécurité de l’ONU pourrait imposer des sanctions sur base des résolutions du Conseil des Droits de l’homme déjà adoptées sur le Burundi. Sur les 3 résolutions adoptées, la plus récente datant du 30 Septembre 2016 qui met en place une commission d’enquête sur les violations des droits de l’homme au Burundi, est primordiale. 

Depuis le 24 mars que les étudiants de l'Université du Burundi ont lancé un préavis de grève directement au Président Nkurunziza, ils font face à des intimidations, arrestations et disparitions. Les étudiants contestent la révision de l’octroi de la bourse qui sera désormais un système de prêt-bourse. 

Un cadre de l’Office Burundais des Recettes (OBR) a été arrêté ce mercredi matin à son lieu de travail à l’immeuble Emmaüs de Kigobe dans la ville de Bujumbura. Philbert Ndihokubwayo surnommé ‘’Kabila’’ est aussi un militant du parti FNL fidèle à Agathon Rwasa. 

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 176 invités et aucun membre en ligne