Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Un détenu a été sorti de la prison centrale de Muramvya vers une destination inconnue lundi 2 janvier 2017. Emmanuel Kimeneke, natif de Bujumbura, venait de passer plusieurs jours sous intimidation. Sa famille n’a pas de nouvelles et craint pour sa sécurité.
Un membre du parti Frodebu de la commune Muha, zone Musaga a connu le martyr avant d’atteindre son pays de refuge, le Mozambique. De Musaga, au sud de la ville de Bujumbura à Kamenge au nord, il a effectué un parcours de combattant face une chasse à l’homme dont il faisait l’objet. La RPA a retracé son parcours.
A Makamba, la population de la zone Bigina en commune Kayogoro s’insurge contre l’attitude des Imbonerakure du CNDD-FDD qui malmènent les militants d’opposition. Dimanche dernier, plusieurs personnes ont été tabassées au moment où le président du Sénat s’était rendu sur la colline Gatwe pour souhaiter les vœux du nouvel an aux membres du CNDD-FDD de ladite localité.
Un habitant de la commune et Province Rutana est porté disparu depuis cinq jours. Selon des sources sur place, Evariste Nyandwi surnommé ‘’Matwi’’ a été vu pour la dernière fois dans la localité communément appelée « Birongozi ». La famille craint pour sa sécurité et demande secours à quiconque aurait des nouvelles du disparu. 
Le président de l'association des transporteurs des taxi-voitures de l’axe Bujumbura-Gihanga et le responsable du parking de ces taxis ont été arrêtés par la police à Gihanga l'après-midi de ce 16 décembre. Les Services de Renseignement burundais ont transféré ces deux responsables vers une destination inconnue jusque-là. Les autorités administratives et sécuritaires se réservent de tout commentaire sur cette double arrestation.
La crise socio-politique consécutive au 3ème mandat du Président Pierre Nkurunziza a traumatisé plus d'un. Parmi certains des burundais qui sont parvenus à fuir vers les pays voisins, certains souffrent encore des séquelles de séances de torture subies.
Le Burundi et le Gabon vont enquêter sur les casques bleus soupçonnés d’abus sexuels durant leurs missions de maintien de la paix. Cette déclaration est intervenue quelques jours après la publication d’un rapport des Nations Unies qui met en cause 41 casques bleus, dont 16 Gabonais et 25 Burundais visés par les accusations d’agressions sexuelles commises en Centrafrique. Selon la Magazine Jeune Afrique, les deux pays ont promis de mener des enquêtes complémentaires  et de sanctionner pénalement leurs nationaux qui seront reconnus coupables.
Les familles des victimes des massacres et autres violations des droits de l’homme au Burundi ainsi que leurs avocats se disent prêts à collaborer avec la commission d’enquête des Nations-Unies chargée de faire la lumière sur ces crimes. Cela est contenu dans un communiqué signé par les avocats des parties civiles.
Le Représentant légal de l'église Rehoboth du Burundi est porté disparu depuis lundi 5 décembre 2016. Jean Louis Musanabasize a disparu après avoir répondu à une convocation, suite à une plainte de son adjoint Ferdinand Munyaneza. Un conflit entre les deux leaders communautaires serait la cause de cette disparition. 
La province de Cibitoke ressemble actuellement à un centre de violences sexuelles dont les victimes sont les femmes, au vu des plaintes des parents dans les instances judiciaires ainsi que dans les associations qui luttent contre les violences sexuelles basées sur le genre. 

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 252 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha