Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Un père de famille contraint à abandonner son foyer

mercredi, 12 décembre 2018 09:49
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Un chef de ménage de la colline Gasebeyi en commune Mabayi vit en cachette depuis 6 jours craignant pour sa sécurité. C’est après que des Imbonerakure aient été lancés à ses trousses pour manquement aux contributions électorales de 2020, une somme qui lui a été exigée juste à sa sortie de l’hôpital.

La scène se passe le mercredi 05 Décembre sur la colline Gasebeyi, plus précisément sur la sous-colline Masha. Lors d’une balade, Joseph Ngendakumana s’est vu interpellé par le chef collinaire du nom de Nestor Nduwimana. Aussitôt, selon notre source, l’administratif en question lui a intimé l’ordre de payer sur le champ la somme de 2.000 francs burundais en guise de contributions aux élections de 2020. Et comme il venait tout juste de rentrer après 2 semaines d’hospitalisation, poursuit notre source, Joseph Ngendakumana n’a pas pu s’acquitter de cette contribution. Malgré les explications fournies par cet habitant pour justifier son incampacité du moment à payer cet argent, cela n’a pas empêché son chef collinaire de remplir la quittance, mettatnt ainsi fin à toute discussion.

 

« Il était sorti de l’hôpital depuis 3 jours quant le chef collinaire lui a présenté cette quittance. Il a essayé de lui expliquer que, avec tout ce qu’il a dépensé en soins de santé, il ne lui restait presque rien. Cet administratif s’est entêté et a rempli le reçu. Mais comme Joseph n’avait pas un rond sur lui, il a refusé de prendre ce reçu. Le chef a alors voulu utiliser la force, et le reçu s’est déchiré. C’est ainsi qu’il a accusé Joseph d’avoir sciemment déchiré ce reçu. » Raconte notre source

 

Blessé dans son orgueil, le chef collinaire s’est résolu à donner une leçon à cet habitant qui, selon lui, lui avait manqué de respect. C’est ainsi qu’il envoya le lendemain matin un grand nombre d’Imbonerakure qui avaient pour ordre de le lui ramener, poursuit notre source à Mabayi. « Ils sont venus très tôt le matin. Ils étaient plus d’une trentaine. Mais heureusement, Joseph a pu s’eclipser à temps. »

 

Six jours après, ce père de 5 enfants n’a plus remis les pieds chez lui de peur d’être assassiné. Pour le moment, la population de la colline Gasebeyi demande à leur chef collinaire de couper court avec ce genre de persécutions, surtout que Joseph Ngendakumana n’est pas le seul habitant à ne pas s’être encore acquitté de ces contributions faute de moyens.

Lu 649 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 210 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha