Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

La population de Musaga vit la peur au ventre

mardi, 08 mai 2018 18:22
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Peur panique au sein de la population de la zone Musaga en Mairie de Bujumbura. Pour cause, les Imbonerakure du parti au pouvoir menacent cette population que si elle ne vote pas « Oui » aux prochaines élections référendaires, elle sera traitée comme ennemie de la nation. A cela s’ajoutent les cas de harcèlement et de mauvais traitement orchestrés à l’endroit de cette population  par certains des militaires qui patrouillent dans cette zone.

Les habitants de la zone Musaga indiquent que la plupart des Imbonerakure qui sèment la terreur dans cette zone sont du quartier Gikoto de la même zone. Ils leur mettent en garde que s’ils ne votent pas « OUI » aux prochaines élections référendaires, ils seront traités comme des ennemis de la nation. Les actes de harcèlement et de mauvais traitement que subit cette population de la part des militaires qui patrouillent dans cette zone aggravent ce climat de panique.

 

« A cela s’ajoute l’interdiction de sortir de la maison au-delà de 22 heures. Celui qui a la malchance de rentrer ou de sortir au-delà de 22 heures, il reçoit des coups de fouet. Aujourd’hui, on ne peut pas se hasarder à trainer au bistrot pour éviter de subir de mauvais traitements de la part des militaires qui patrouillent dans ce quartier. C’est vraiment décevant d’avoir peur de ceux qui devraient assurer notre protection. »

 

La population de la zone Musaga se demande pourquoi elle est toujours victime d’un couvre-feu non déclaré.  « Ça dépasse notre entendement. On dit que tout va bien au pays. Mais, nous sommes victimes d’un couvre-feu non déclaré. Que ce soit des jeunes gens ou des personnes âgées, personne n’est épargnée par ces mauvais traitement.»

 

Cette population indique qu’elle est également victime des cas de vols commis par certains agents des corps de défense et de sécurité lors des opérations de fouilles perquisitions. Elle estime que derrière ces différents cas de violation de leurs droits se cache quelque chose d’étrange. « Au cours des opérations de fouilles perquisitions, ils fouillent même dans les poches de nos vêtements. Quand ils y trouvent de l’argent, ils partent avec cet argent et on ne peut rien réclamer par crainte d’être arrêté, accusé de divulgation mensongère ou de porter atteinte à l’image de la Police Nationale du Burundi. Nous sommes vraiment préoccupés par ce qu’on entend et tout ce qui se passe ici », s’inquiète un habitant de la zone.

 

La population de la zone Musaga demande au gouvernement du Burundi d’assurer sa protection et d’arrêter ces actes de violation des droits humains dont elle est victime. Elle demande également aux organisations de défense des droits de l’homme de suivre de près ce qui se passe dans cette zone.  

Lu 270 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 347 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha