Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

L’APRODH dresse un bilan macabre pour l’année 2017

vendredi, 02 février 2018 02:00
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Pierre-Claver Mbonimpa, président de l'APRODH Pierre-Claver Mbonimpa, président de l'APRODH

Depuis Avril 2015, le Burundi traverse une crise politique, née de la volonté du Président Pierre NKURUNZIZA de briguer un troisième mandat, qu'il a d'ailleurs obtenu. L'Association pour la protection des droits humains et des personnes détenues "APRODH" rend public un rapport annuel sur les violations des droits de l'homme au Burundi. Pour l'année 2017, selon l'APRODH, plus de 500 personnes ont été  tuées, d'autres blessées, des cas de tortures et d'arrestations arbitraires ont été enregistrés. Cette organisation demande au Gouvernement du Burundi de combattre toute impunité et d’éradiquer toute forme de violences et que la communauté internationale prenne des mesures urgentes pour protéger le peuple burundais.

Dans ce rapport annuel de 2017, l’association pour la défense des droits de l’homme et des prisonniers revient sur les différentes violations des droits de l'homme qui ont marqué le Burundi. L’APRODH reste plutôt optimiste que le Burundi retrouvera la paix tôt ou tard.

 

504 cas d’assassinat, 373 blessés et plus de 200 cas de tortures ont été documentés par l’APRODH au cours de l'année 2017. Dans son rapport, cette Organisation de défense des droits de l'homme fait savoir que la sécurité est parfois perturbée par des présumés rebelles, les forces de l’ordre et la jeunesse du parti au pouvoir "Imbonerakure". Tous ces cas de violation des droits de l'homme sont alimentés par la rhétorique de l’incitation à la violence dans des discours prononcés par certaines autorités.

 

L’APRODH est revenue sur les entrainements paramilitaires et l’armement des jeunes Imbonerakure dans les provinces de Rutana, Makamba, Muyinga, Kirundo et ailleurs.

 

Selon toujours ce rapport, Ceux qui osent s'opposer aux contributions forcées, à la contribution aux élections de 2020 ou qui sont soupçonnés de sensibiliser la population à voter " NON" au référendum de la révision de la constitution sont soit arrêtés, torturés ou enlevés.

 

Des personnes arrêtées arbitrairement, selon l'APRODH, sont par après emprisonnés et depuis 2015, la population carcérale atteint presque le triple de la capacité d’accueil des maisons pénitentiaires du Burundi. Sur la capacité d’accueil de 4.194 prisonniers, les prisons du Burundi regorgent aujourd’hui plus de 11.120 personnes dont plus de 4.000 sont des mineurs et des nourrissons et plus de 4.000 prisonniers politiques. Les prisonniers vivent dans des conditions très difficiles en termes d’espace vital, d’hygiène et d’alimentation.

 

L'APRODH conclut son rapport annuel de 2017 en recommandant au Gouvernement du Burundi de faire des enquêtes pour traduire en justice les présumés auteurs de graves violations des droits de l’homme, y compris les multiples cas d’assassinat mais aussi de mettre à termes toutes formes d’arrestations arbitraires. A la communauté internationale, il leur est demandé de continuer à soutenir le peuple burundais menacé par la pauvreté sans cesse croissante et à prendre des mesures pour protéger la population burundaise.

Lu 298 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 649 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha