Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Plusieurs recommandations formulées à l'encontre du Burundi dans la 29ème session des droits de l'homme

mercredi, 24 janvier 2018 07:16
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La coopération avec la CPI, c’est l’une des plus importantes recommandations adressées au gouvernement burundais au cours de l’examen périodique universel du pays. Au cours de la 29ème session du Conseil des droits de l’homme, certains pays ont également exhorté le Burundi à reprendre la collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les droits de l’homme.

Le groupe de travail a adopté le rapport sur l’examen périodique universel sur le Burundi ce mardi 23 Janvier, les recommandations ayant été faites depuis jeudi le 18 Janvier à la septième réunion de la 29ème session du Conseil des Droits de l’homme. La plupart des pays membres ont insisté sur les relations qui existent actuellement entre le Burundi, le Conseil des droits de l’homme et la Cour Pénale Internationale.

 

L’Allemagne, les Etats-Unis, l’Ukraine, la Belgique, le Ghana, la Suisse et la Tunisie ainsi que d'autres pays, ont demandé au gouvernement burundais de rétablir les relations avec le Haut-Commissariat des droits de l’homme et respecter le mémorandum d’entente avec son bureau à Bujumbura. En plus de cette recommandation, l’Irlande, quant à elle, a demandé que la commission d’enquête sur le Burundi soit autorisée à opérer dans le pays.

 

Autre point important débattu dans cette session, c’est la Coopération du pays avec la Cour Pénale Internationale. Sur ce point, les pays comme l’Allemagne, le Canada, la Pologne, le Danemark et la Suède ont exhorté le Burundi à respecter son obligation de coopérer avec la Cour. Et la Grèce de demander aux autorités burundaises de revoir la décision du retrait du Statut de Rome.

 

Les pays comme la Norvège et le Maroc, eux, ont évoqué les élections de 2020. Ces pays demandent au gouvernement en place de s’entendre avec l’opposition pour que ces élections soient crédibles et paisibles.

 

La Russie, elle, demande le renforcement des organes de lutte contre la torture tandis que la Chine insiste sur le fait de continuer de prendre des mesures positives pour une meilleure protection des droits de l’homme.

 

Le droit d’expression et la liberté de la presse, particulièrement la presse indépendance, ont été défendus principalement par la France et la Grèce. Ces pays ont exigé que les défenseurs des droits de l’homme se doivent également d'être protégés. Et la Hollande d’ajouter que le gouvernement doit mettre fin aux représailles, intimidations et harcèlement contre les journalistes et médias à l’intérieur et à l’extérieur du Burundi, et éviter toute restriction à l’encontre de l’indépendance des médias.

 

Le gouvernement burundais doit également empêcher les Imbonerakure de continuer de commettre des abus, selon la Norvège.

 

Selon ce rapport, le Burundi doit réagir à ces recommandations pas plus tard que dans la 38ème session du Conseil des droits de l’homme prévue au mois de Juin.

Lu 225 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 568 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha