Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

La population de Kamanyola manifeste et demande la délocalisation des réfugiés burundais

mardi, 28 novembre 2017 14:29
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Manifestation ce lundi 27 novembre des citoyens congolais de la localité de Kamanyola pour protester contre la présence des réfugiés burundais dans cette localité. Pris de panique, ces réfugiés demandent d’être délocalisés vers un autre pays d’accueil car la population congolaise a déjà démontré qu’elle n’a plus besoin de leur présence sur son territoire.

Des informations recueillies auprès de ces réfugiés indiquent que dans la matinée de ce lundi des manifestants congolais constitués par des jeunes gens ont pris la direction de la MONUSCO  où sont regroupés plus de 2.800 réfugiés burundais et scandaient des slogans anti réfugiés. Les mêmes informations font savoir que les manifestants ont été repoussés par les militaires de la MONUSCO.

 

La profanation des tombes des leurs par les manifestants a fait accroitre leur peur 

 

Un réfugié contacté par la RPA affirme que ces manifestants congolais se sont lancés dans le cimetière où ont été enterrés 39 réfugiés burundais sauvagement assassinés en septembre dernier, pour arracher les croix qui y avaient été mises. Un acte que ces réfugiés qualifient de provocation.

 

‘’Ils ont même arraché les croix qu’on a mis sur les tombes de nos frères et sœurs qui ont été assassinés. On ne sait pas où ils les ont mis. Ils scandaient des slogans anti réfugiés. Ils disaient qu’ils n’ont pas besoin de leur présence sur leur territoire. N’est-ce pas un acte de provocation ? On vivait en harmonie avec la communauté congolaise. On ne comprend pas l’origine ce changement. Ils veulent nous éliminer physiquement. Heureusement que la MONUSCO nous a empêché de sortir. Ils sont intervenus à temps et ils ont empêché les manifestants de progresser. Il y a même un militaire de la MONUSCO qui aurait été blessé’’, témoigne notre source.      

 

Ces réfugiés burundais de Kamanyola font savoir qu’ils n’ont pas encore eu les cartes de réfugiés longtemps promis par le HRC sans procéder à l’enregistrement biométrique. Ils s’inquiètent d’apprendre que le HCR et le Gouvernement congolais viennent de rejeter le mode d’enregistrement voulu par les réfugiés, un acte qu’ils considèrent comme une stratégie de vouloir les chasser de ce pays. Ils demandent d’être délocalisés vers un autre pays d’accueil. 

 

Ces réfugiés remercient les militaires de la MONUSCO qui assurent leur sécurité. Ils demandent également aux organisations humanitaires de leur venir en aide d’urgence car ils n’ont rien à mettre sous la dent.      

   

 

Lu 351 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 138 invités et aucun membre en ligne