Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

La situation des enfants qui vivent avec leurs parents détenus est problématique : ils ne sont pas détenus et ne sont ni nourris ni soignés

lundi, 23 octobre 2017 07:29
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les enfants détenus avec leurs mères, prisonnières dans la prison centrale de Mpimba de Bujumbura vivent dans des conditions très déplorables. Souvent sujets à des maladies de sous-alimentation, ils n'ont même pas le droit de sortir de prison pour se faire soigner et en cas de permission de sortir, le manqué de moyen fait obstacle.

 

Ils sont à plus de 150 dans la prison Mpimba et ont un âge compris entre 0 et 12 ans. Certains, ayant des mères condamnées lorsqu'ils étaient encore petits ont été enfermées avec elles. D'autres ont vu naissance dans la prison, et ils sont les plus nombreux. N'ayant pas de statuts de "détenus", ils n'ont pas droit à la nourriture et sont obligés de se partager le peu de nourriture de leurs mères.

 

Le nombre d'enfants qui naissent dans cette prison de Bujumbura accroit du jour au lendemain. Le sureffectif de détenus serait à l'origine de cet accroissement selon une source de cette prison.

 

"Le nombre de détenus dépasse la capacité d'accueil de cette prison. Normalement, elle accueille 4000 détenus et aujourd'hui on est à plus de 13000 détenus ici.’’

 Souvent, ces femmes ne sont pas protégés et sont victimes d'humiliation d'autres hommes ou pire sont violés. Certaines des femmes détenues peuvent avoir 4 enfants voire même plus, ajoute notre source.

 

La même source explique que souvent ces enfants sont malades mais qu'ils ne peuvent pas sortir sans permission. Quand ils acceptent, il est parfois trop tard. Notre source à l’intérieur de cette maison carcérale témoigne que la raison pour laquelle ils n'acceptent pas qu'elles sortent faire soigner ces enfants, est que ces détenues demandent de l'argent pour les soins.

 

"Les pères de ces enfants les renient la plupart du temps. Dépourvu de moyen, quand un enfant tombe malade, leur mère demande de l'argent pour faire soigner leurs enfants."

 

La loi burundaise prévoit que dans ces cas, un enfant atteint de l'âge de deux ans peut sortir de prison, mais souvent ces mères refusent ne sachant pas à qui confier leurs enfants. Ces femmes demandent alors au gouvernement de trouver une solution convenable à leurs enfants.

Lu 213 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 163 invités et aucun membre en ligne