Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Les Imbonerakure de Mpimba font la loi, ils rackettent les petits commerçants, avec la complicité de l’administration carcérale

jeudi, 05 octobre 2017 07:10
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les détenus de la prison centrale de Mpimba accusent le chargé de sécurité d’extorsion et d'intimidation envers les détenus, contestataires du troisième mandat de Pierre Nkurunziza. Julien Manirakiza dit Dume coopère avec certains imbonerakure de cette prison. Ces prisonniers demandent à la direction de la prison de les protéger des gens qui les malmènent.

 

Les informations en provenance de la prison centrale de Mpimba indiquent que ce mardi matin, Julien Manirakiza surnommé Dume a procédé à une collecte forcée d'argent chez les prisonniers qui vendent de petits articles dans un endroit appelé Birongozi. Ce sont notamment les vendeurs de charbon, les oignons et autres.

 

‘’Un certain Julien Manirakiza chargé de la sécurité à la prison leur a exigé de payer 5.000 franc burundais chacun en leur disant que celui qui n'en a pas n'étalera plus ses articles. Dans cette opération, le surnommé Dume était avec son adjoint Prosper Minani et le chargé des affaire sociales, le prénommé Eric, tous membres de la ligue Imbonerakure. Et cette somme était exigée aux non membres du CNDD-FDD. Ces membres de la Ligue Imbonerakure se promènent en tenue du parti, en scandant des chansons du CNDD-FDD, passant aux cellules des contestaires du troisième mandant de Pierre Nkurunziza, ils les menacent de les tuer’’, relate notre source à Mpimba.

 

Après la collecte de cet argent, la source de la RPA à Mpimba fait savoir que le surnommé Dume est sorti prendre un verre à l'extérieur de la prison en compagnie du chargé des affaires sociales le prénommé Eric. Ces informations disent aussi que le surnommé Dume sort de la prison la nuit et revient dans la petite matinée. Il serait utilisé dans des crimes , vols et autres violences. La colère est alors grande chez ces prisonniers qui disent qu'ils ne vont pas toujours tolérer des actes pareils. Ils demandent au directeur de la prison de transférer ailleurs ces gens qui les malmènent.

Lu 274 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 161 invités et aucun membre en ligne