Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

La Coalition Burundaise pour la CPI suspecte l’intérêt que l’Etat du Burundi porte à la liste des présumés auteurs des crimes

jeudi, 07 septembre 2017 06:58
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Me Lambert Nigarura, président de la CB-CPI Me Lambert Nigarura, président de la CB-CPI

La Coalition Burundaise pour la Cour Pénale Internationale trouve qu'il n'est pas normal que le gouvernement qui a refusé toute collaboration avec l'équipe d'experts des Nations-Unies cherche à avoir la liste des présumés auteurs des crimes contre l'humanité. Maitre Lambert Nigarura, président de cette Coalition précise qu'il s'agit d'une stratégie du pouvoir de Bujumbura pour éliminer des témoins gênants et effacer ainsi les preuves avant que les enquêtes de la Cour Pénale Internationale ne commencent. 

 

"Nous félicitons et encourageons la commission d'enquête des Nations-Unies qui vient de rendre public un rapport qui retrace les circonstances dans lesquelles les crimes  qui relèvent de la Cour Pénale Internationale ont été commis et continuent à se commettre en toute impunité. Nous saluons le travail, le courage et la détermination qui ont caractérisé les membres de cette commission. C'est un ouf de soulagement. C'est pour la première fois que les experts indépendants puissent établir la responsabilité des uns et des autres surtout les hauts gradés de l'armée et de la police proche du Président Nkurunziza qui ont commis des crimes plus graves",  indique Me Nigarura, président de la coalition Burundaise pour la Cour Pénale Internationale.

 

La Coalition burundaise pour la Cour Pénale Internationale a des inquiétudes par rapport à la liste des présumés auteurs et pense plutôt que le gouvernement peut prétendre à une collaboration fantaisiste dans le but d'avoir cette liste  afin d'éliminer ces éléments gênants qui selon la CB-CPI, pourront dévoiler d'où sont venus les ordres de massacrer.

 

La Coalition Burundaise pour la Cour Pénale Internationale lance alors un appel à la Commission d'enquête, aux Nations-Unies et au Conseil des droits de l'homme de ne pas donner cette liste mais aussi exhorte aux Nations-Unies de prolonger le délai pour ces experts afin de continuer leurs enquêtes sur les crimes qui continuent à se commettre.

Lu 480 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 120 invités et aucun membre en ligne