Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

La communauté internationale appelée à sanctionner les auteurs des violences au Burundi

lundi, 04 septembre 2017 04:02
Évaluer cet élément
(1 Vote)

L’International Refugee Rights Initiative demande aux autorités burundaises à cesser toute violation des droits de l’homme et désarmer les jeunes imbonerakure. Dans un rapport du mois d’Août 2017, cette organisation internationale de défense des droits de l’homme en particulier les droits des réfugiés  interpelle la communauté internationale à infliger des sanctions ciblées aux représentants du gouvernement, aux chefs des imbonerakure et aux acteurs de l’opposition responsables de violences et de violations  des droits humains.   

 

L’organisation International Refugee Rights Initiative, IRRI en sigle, revient sur les discours des autorités burundaises appelant les réfugiés à rentrer au pays arguant que la paix et la sécurité règnent sur tout le territoire national. Des propos qui, selon cette organisation,’’ sont en contradiction avec la réalité du moment que des burundais  continuent à fuir’’.

 

Selon ce rapport, deux raisons principales sont à l’origine de cette fuite massive, à savoir ‘’les menaces et les abus perpétrés par les imbonerakure, une jeunesse affiliée au parti au pouvoir, le CNDD FDD, ainsi que les assassinats et les disparitions forcées des membres de leurs familles.’’  Ces crimes font  ressortir ‘’la nature impitoyable et cruelle des violations commises par les imbonerakure qui semblent régulièrement endosser le rôle d’agents de sécurité de l’état, lesquels collaborent avec eux pour perpétrer des crimes et violations des droits humains’’, déclare l’International Refugee Rights Initiative.

 

Cette organisation internationale recommande par conséquent au gouvernement burundais de mettre fin de toute urgence, à la violence et aux atteintes aux droits de l’homme perpétrées par les jeunes imbonerakure, les services de sécurité et les groupes d’opposition armés. IRRI  appelle  publiquement ‘’au respect de la loi burundaise et internationale et à l’obligation de rendre des comptes pour les violations, notamment celles commises depuis Avril 2015.’’ L’organisation  IRRI recommande également à Bujumbura de désarmer et de démobiliser les imbonerakure et de coopérer avec les experts internationaux qui enquêtent sur les violations des droits humains.

 

IRRI s’adresse aussi  à l’UA et aux Etats membres de l’EAC

 

Aux états membres de l’Union Africaine et de la Communauté de l’Afrique de l’Est, l’International Refugee Rights Initiative recommande l’augmentation de  la pression sur le gouvernement burundais pour qu’il mette fin à la violence et aux violations des droits humains et en poursuivre les auteurs. 

 

‘’Il faut infliger des sanctions ciblées aux représentants du gouvernement, aux chefs des Imbonerakure et aux acteurs de l’opposition responsables de violence et de violation des droits humains’’, ajoute l’International Refugee Rights Initiative.

 

Quant aux pays d’accueil des réfugiés burundais, il a été recommandé de prendre toutes les mesures appropriées pour augmenter la sécurité des réfugiés burundais, sans oublier de garantir qu’aucun réfugié burundais ne soit renvoyé au Burundi ou contraint d’y retourner.

 

IRRI recommande au Haut-Commissariat des Réfugiés de veiller à ce que tous les demandeurs d’asile et réfugiés aient accès à l’assistance humanitaire, aux mécanismes de protection et à des soins médicaux spécialisés. 

 

Ce rapport  recommande également aux donateurs d’augmenter le financement du HCR pour le Burundi et de continuer à exhorter le gouvernement burundais à instaurer un climat de liberté et de sécurité, notamment en procédant au désarmement et à la démobilisation des Imbonerakure.       

Lu 253 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 123 invités et aucun membre en ligne