Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Quand les femmes du camp de Nakivale trouvent inutile de dénoncer les violences sexistes

samedi, 26 août 2017 20:48
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Certaines réfugiées de Nakivale indiquent qu’il arrive qu’elles soient passées à tabac par leurs maris. Cependant, elles déplorent le fait qu’aucun recours n’est possible. Ces femmes burundaises signalent qu’elles ne sont pas en mesure de réclamer leurs droits à cause de la corruption. 

 

‘’J’ai été tabassée par mon mari le mois dernier mais la police n’a rien fait pour moi quand je m’y suis rendue’’, déplore J.N une burundaise d’une trentaine d’années. 

 

Dans ce camp des réfugiés de Nakivale en Ouganda, certaines femmes disent que la corruption est monnaie courante au sein des différentes institutions y compris la police.

 

‘’Même un voleur attrapé en flagrant délit est immédiatement libéré sans rendre les biens d’autrui, pourquoi perdre son temps à aller se plaindre pour de simples passages à tabac’’, se lamente une autre burundaise. 

 

Le camp de Nakivale compte aujourd’hui plus de 46 mille réfugiés burundais, selon les chiffres du HCR.

Lu 266 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 135 invités et aucun membre en ligne