Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Mahama : Cas de violences contre les femmes réfugiées traités par échelons.

mardi, 18 juillet 2017 08:15
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Depuis deux ans, des comités des réfugiés ont été mise en place pour réconcilier les couples au camp des  réfugiés de Mahama au Rwanda. Cette initiative communautaire est appuyée par les responsables de ce camp qui compte plus de 50 mille refugiés.   

 

Le comité du village s’occupe des cas de conflits conjugaux dès le départ, explique J.B le chef d’un village du camp des réfugiés burundais de Mahama. Quand le conflit n’est pas résolu, le dossier est transmis au niveau du quartier et ensuite au niveau du camp si les instances précédentes échouent. Lorsque le dossier exige par exemple le divorce, c’est le Ministère rwandais en charge des catastrophes et des réfugiés qui s’en occupe, signale J.B.

 

Plus de deux ans après la création de ce camp des réfugiés burundais, plusieurs dizaines de séparation des conjoints y ont été signalés.

 

L’ivresse principale cause des violences.

 

La plupart des hommes qui battent leurs femmes le font quand ils sont en état d’ébriété. ‘’Certains passent leur temps dans les bistrots après avoir vendu les vivres de la famille.’’, explique la chargée des affaires sociales dans le camp Jacqueline Murorunkwere qui se félicite, toutefois, de la façon dont les conflits pareils sont traités par les instances habilitées au sein de la communauté des réfugiés.

 

Certains réfugiés du camp de Mahama admirent également le travail de la police rwandaise qui est toujours à leur côté en cas de problèmes de ce genre.

 

Le camp de Mahama compte plus de 50000 réfugiés burundais dont 49% des femmes. Les statistiques du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés montrent également que 46% des réfugiés forment des foyers. 

 

Lu 498 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 155 invités et aucun membre en ligne