L’ONU pourrait prendre des sanctions au terme de l’enquête de la Commission désignée par le Conseil des droits de l’homme

vendredi, 31 mars 2017 07:32
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le conseil de sécurité de l’ONU pourrait imposer des sanctions sur base des résolutions du Conseil des Droits de l’homme déjà adoptées sur le Burundi. Sur les 3 résolutions adoptées, la plus récente datant du 30 Septembre 2016 qui met en place une commission d’enquête sur les violations des droits de l’homme au Burundi, est primordiale. 
 
Selon la représentante de Fédération Internationale de l’Action Chrétienne pour l’Abolition de la torture (FIACAT) auprès des Nations-Unies, le rapport de cette commission sera directement soumis au Conseil de sécurité de l’ONU, qui décidera en définitive des sanctions à arrêter et des dédommagements pour les victimes.
 
« La commission mise en place a la tâche de mener des enquêtes approfondies sur les auteurs des violations des droits humains au Burundi depuis Avril 2015 et leurs victimes. Elle devra également formuler des recommandations pour lutter contre l’impunité dans ce domaine. La commission a aussi pour mission d’entretenir un dialogue avec le gouvernement burundais et toutes les parties prenantes qui auraient des informations sur les violations des droits de l’homme. Les résultats de la commission seront contenus dans un rapport final qui sera présenté au conseil des droits de l’homme de l’ONU dans sa 36ème session en Septembre 2017 », a déclaré Marie Salfati représentante de la FIACAT auprès de l’ONU. 
 
Dans l’entretemps, un exposé oral du rapport de la commission d’enquête sera présenté au mois de Juin 2017 lors de la 35ème session du conseil des droits de l’homme de l’ONU. Cette session permettra de s’enquérir de la situation des droits de l’homme au Burundi et de sensibiliser la communauté internationale, affirme la FIACAT. Lors du 1er exposé oral il y a quelques jours à Genève, la commission d’enquête a déploré « l’absence de collaboration des autorités burundaises ».     
 
 « C’est avec le contenu du rapport de la commission d’enquête que le conseil de sécurité de l’ONU prendra des sanctions contre le Burundi. Le travail de la commission aura aussi un impact sur l’impunité en rapport avec les violations des droits humains au Burundi, et aidera dans la réparation des victimes de ces violations », ajoute l’experte en droits de l’homme.  
 
Deux autres résolutions ont été adoptées par le conseil des droits de l’homme des Nations-Unies. Il s’agit de la résolution 3027 du 2 Octobre 2015 centrée sur la coopération technique et le renforcement des capacités dans le domaine des droits de l’homme au Burundi. Cette résolution a condamné les assassinats ciblés, les exécutions extrajudiciaires, les tirs à balle réelles des forces de sécurité sur les contestataires du 3ème mandat de Pierre Nkurunziza, les détentions arbitraires et les intimidations envers les défenseurs des droits humains, les leaders de la société civile et les journalistes. 
 
L’autre résolution est S-24/1 du 17 Décembre 2017 qui était centrée sur la prévention de la détérioration des droits de l’homme au Burundi. Les appels au calme et les condamnations des violations des droits humains sont les points communs des 3 résolutions adoptées par le conseil des droits de l’homme des Nations-Unies.      
 
Lu 438 fois

Publicité

TAARIFA YA HABARI YA 26/04/2015

Qui est en ligne?

Nous avons 76 invités et aucun membre en ligne