Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

La vie de trois détenus en isolement à Mpimba est en danger suite aux tortures

jeudi, 11 mai 2017 04:06
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Trois détenus de la prison centrale de Mpimba viennent de passer plus de quatre jours en isolement sans motif. Ils sont privés de visites et de soins médicaux. Durant la nuit, les trois détenus sont passés à tabac par les chefs de sécurité, qui sont aussi des détenus appelés ‘’généraux’’ ou ‘’capita’’. Les agissements de ces prisonniers chargés de la sécurité sont commandités par le directeur de la prison.

 

Les prisonniers mis en isolement forcé à Mpimba sont Aimable Manirakiza, Vilipien Bigirimana et Fulgence Bizoza. Ils sont incarcérés pour avoir pris part aux manifestations contre la violation de la Constitution et des Accords d’Arusha par Pierre Nkurunziza dans le forcing électoral pour un troisième mandat en 2015.

 

Selon des sources à Mpimba, le directeur de la prison OPC2 Déogratias Bigirimana a ordonné que les trois détenus soient mis en isolement « pour une correction », sans toutefois préciser la faute qu’ils ont commise.

 

Les chargés de la sécurité, qui sont des détenus également et à grande majorité des imbonerakure du parti au pouvoir et qui agissent pour le compte du service national des renseignements à Mpimba, les font sortir pendant la nuit de leurs cellules d’isolement pour les tabasser violemment dans un lieu appelé communément ‘’kwisoko’’ ou marché.

 

« Pour éviter que leurs cris de douleurs parviennent aux autres prisonniers, ces responsables de sécurité appelés ‘’capita’’ fourrent des morceaux de tissus dans la bouche des détenus », révèlent nos sources. Au petit matin, les trois détenus sont remis en isolement malgré leur état très critique qui nécessite des soins de santé. Selon les prisonniers de Mpimba, les cellules d’isolement sont tellement obscures qu’il est difficile de différencier le jour et la nuit.

 

Certains des prisonniers disent craindre pour la sécurité de leurs camarades, d’autant plus que ces ‘’capita’’ sont encouragés et commandés par le directeur de la prison centrale de Mpimba. Ces mêmes prisonniers demandent secours aux différents défenseurs des droits de l’homme, avant que leurs camarades ne succombent à ces tortures.

 

Le directeur de la prison de Mpimba est injoignable à ce jour pour une réaction.

Lu 235 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 105 invités et aucun membre en ligne