Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Mont Sion : Un sermon choc sur les crimes au Burundi lors du chemin de Croix

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Bujumbura continue à récompenser ceux qui se sont illustrés dans la répression et les tueries qui endeuillent le pays, a sermonné vendredi le prêtre officiant lors du chemin de Croix de la semaine sainte. Cette attitude est à l'image des Juifs relâchant Barabbas pour crucifier le Christ. 

 

Dans son homélie qui a beaucoup touché les chrétiens présents au mont Sion de Gikungu, le prêtre a demandé aux burundais, y compris les autorités, de sortir de leur silence et de combattre tout crime quel qu'en soient les auteurs.

 

« Aujourd'hui au Burundi, la vie d'un homme n'a plus de valeur. On dirait que les personnes n'ont même plus droit de pleurer les leurs », a-t-il déclaré à l’assemblée.

 

Ces enseignements étaient dispensés lors du chemin de Croix qui a eu lieu au sanctuaire marial situé au Mont Sion Gikungu vendredi.

 

Dans sa prédication, le Père Hermenegilde Icoyitungiye trouve regrettable qu'au Burundi, ôter la vie soit devenu simple au vu et au su des autorités « pour qui l'être humain n'a plus de valeur ». 

 

« Sur sa croix, Jésus te demande pourquoi personne ne semble compatir à sa mort. Il dit ceci : On me maltraite et certains continuent à se moquer de moi disant que la paix règne ; je meurs de faim et ils continuent de dire que la récolte a été très bonne au Burundi : je subis injustice sur injustice et pourtant ils disent que le Burundi est un pays où règne la justice », a expliqué le prêtre en faisant référence aux discours officiels. 

 

Il est malheureux de voir les biens publics dépensés « pour financer des assassins », ajoute le père Icoyitungiye, alors que des milliers de burundais croupissent dans une misère sans nom, 

 

« Ils ont donné à Judas un pot-de-vin pour qu'il me livre. Au Burundi, ils clament haut et fort avoir éradiqués la corruption avec leur fameux slogan de tolérance zéro ; et pourtant les gens croupissent dans une misère sans nom. Mais ce qui fait le plus mal, c’est qu'on investit beaucoup d'argent dans le crime organisé au lieu de l'utiliser pour renforcer la sécurité et venir en aide aux plus démunis », a martelé le prêtre. 

 

En présence de nombreux chrétiens dont certaines autorités du pays, le Père Hermenegilde Icoyitungiye a tenu à souligner combien les burundais sont « hypocrites » et deviennent de plus en plus « insensibles face aux horreurs du moment », certains allant même jusqu'à s'impliquer dans les affaires de meurtre pour protéger leurs intérêts. 

 

« Aujourd'hui on est chagriné par la mort du Christ ; mais sachez que ce Jésus que vous pleurez, vous le côtoyez chaque jour. Il est dans cette personne que tu persécutes sans aucun remord, alors ça ne sert à rien de pleurnicher alors qu'au sortir de la messe, vous allez continuer votre sale besogne. Que personne ne dise demain ou après-demain avoir exécuté un ordre, alors que tu as conduit quelqu'un à l'abattoir », a-t-il poursuivi. 

 

Le Prêtre officiant en jour de Vendredi Saint a aussi critiqué les dirigeants qui décorent les criminels : « ils ont choisi de relâcher un criminel dénommé Barabbas, et je suis mort pour vous sauver tous ; et aujourd'hui beaucoup de gens pleurent et quelques fois leurs bourreaux sont considérés comme des héros, décorés et récompensés pour leur prouesse ».

 

Le Père Icoyitungiye a fait un clin d'œil à tous ceux qui « abusent de leur pouvoir » pour massacrer et torturer leurs semblables ; « bientôt ils regretteront leurs crimes le jour où ils seront confrontés à leurs victimes ».

 

Lu 250 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 174 invités et aucun membre en ligne