Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Muyinga : Arrestations en cascades d’Imbonerakure accusés de détention illégale d’effets militaires

dimanche, 05 mars 2017 12:08
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les familles de certains jeunes imbonerakure du parti CNDD-FDD de la commune Butihinda en province Muyinga s’inquiètent pour la sécurité de ces jeunes aujourd’hui en détention. Ces imbonerakure ont été arrêtés vendredi le 24 février 2017 et sont accusés de détention illégale d’effets.

 

Tout a commencé par les patrouilles nocturnes effectuées par ces imbonerakure. C’est lors d’une de ces patrouilles pourtant décriées par la population, que ces imbonerakure sont entrés en confrontation avec les militaires en poste à Butihinda. 

 

« Chaque colline a ses imbonerakures, et tous portent des tenues militaires pendant la nuit lorsqu’ils font des patrouilles. Un jour, ils sont tombés sur un militaire qui venait du camp de Bwambarangwe. Quand il a allumé les phares, il a vu les jeunes en tenue militaires et il a voulu savoir s’ils étaient les militaires ou pas », témoigne un habitant de la localité.

 

Apres cet incident, les arrestations en cascade des imbonerakure  ont commencé. Vendredi dernier vers 14 heures, les militaires ont ainsi procédé à une fouille perquisition au domicile d’Abdoul Ndabakenga. « Ils y ont trouvé des tenues militaires. Même chose chez un certain Issa. C’est ainsi qu’ils ont arrêté les imbonerakure de la colline pour qu’ils s’expliquent sur la provenance de ces tenues », poursuit notre source.

 

Parmi ces imbonerakure arrêtés, les anciens militants du parti FNL qui ont migré vers le CNDD-FDD sont les plus visés, comme le précisent les sources à Butihinda.

 

« Par exemple, Abdoul a été tabassé. Nous ignorons jusqu’à présent où ils l’ont emmené. On lui reproche aussi d’être un pro-Niyombare et qu’ils ont trouvé un numéro de téléphone de Niyombare dans ses poches. Ils disent qu’il y aurait même son portrait dans sa maison », poursuivent les mêmes sources.

 

D’autres imbonerakure ont été arrêtés au cours de cette semaine, notamment François sur la colline Mugongo ainsi qu’un autre imbonerakure de Giteranyi. « Il y a même un enseignant de l’école fondamentale Cuba lui aussi imbonerakure qui a été arrête. C’est sûr qu’il y a des mobiles politiques qui se cachent derrière ces arrestations », pense un autre habitant.

 

Le FORSC plaide pour la libération de jeunes imbonerakure victimes de l’instrumentalisation du pouvoir

 

Les jeunes du parti au pouvoir "Imbonerakure" méritent d'être libérés comme tout autre citoyen burundais qui est pris en otage par le pouvoir de Bujumbura. C'est la réaction de Vital Nshimirimana, Délégué général du FORSC, après un SOS lancé par certaines familles des Imbonerakure de la Commune Butihinda en Province Muyinga. Ces familles demandent la protection de ces jeunes Imbonerakure arrêtés et mis sous les verrous après des affrontements avec les forces de l'ordre. 

 

« Les Imbonerakure sont des jeunes burundais pris en otage par le pouvoir en place qui les utilisent pour semer la terreur, pour coordonner et exécuter la répression à l'endroit des opposants. Aujourd'hui, la ligue des jeunes du parti CNDD-FDD se retrouve être victime de ce même mode opératoire duquel ils dépendent », explique le Délégué général du FORSC.

 

Selon Me Vital Nshimirimana, le pouvoir en place est en train de se débarrasser des jeunes du parti au pouvoir après les avoir utilisés. « Ces Imbonerakure violent la loi et en retour lorsqu'ils sont victimes, ils se retrouvent dépourvus de toute protection », constate l’activiste des droits de l’homme.

 

Le Délégué général du FORSC estime que ces jeunes du parti au pouvoir méritent d'être libérés. 

 

« Nous considérons que les membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir méritent d'être libérés, comme d'autres citoyens burundais pris en otage. Ceci doit engager beaucoup de ressources de la part des parents, de l'administration et de tous les burundais épris de paix et qui veulent une paix et la sécurité pour tout le monde parce que ceux qui financent, coordonnent et donnent des ordres à la ligue des jeunes Imbonerakure n'ont pas leurs enfants parmi cette ligue. Ils ont leurs enfants à l'école, dans des universités ou aux bureaux, ils sont en train de gagner leurs vies tandis qu'une partie de la population intégrée dans cette ligue est en train de perdre entièrement leur vie », conclut Vital Nshimirimana qui lance cet appel aux Imbonerakure. 

Lu 226 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 230 invités et aucun membre en ligne