Des experts onusiens s’alarment d’une nouvelle escalade de répression visant la société civile

mardi, 07 février 2017 07:57
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Les experts onusiens des droits de l'homme demandent aux autorités burundaises de revoir la nouvelle législation sur les ONG dans le but de respecter le droit international. Ces experts dénoncent la répression croissante de ces organisations et des défenseurs des droits humains à travers une déclaration.
 
Les dernières mesures prises par le gouvernement contre la société civile sont particulièrement « alarmantes » compte tenu de la situation générale des défenseurs des droits humains.
 
Ces experts condamnent la récente interdiction et la suspension provisoire de certaines associations au Burundi. Ils rappellent la radiation de cinq organisations de la société civile décidée par le gouvernement en octobre 2016, dont la ligue Iteka et l’Olufad définitivement radiées il y a quelques semaines ainsi que la suspension de quatre autres organisations décidées quelques mois auparavant.
 
« Ces mesures ne sont que les dernières d'une série d'attaque contre les droits à la liberté d'expression et d'association au Burundi », déclarent ces experts dans une déclaration.
 
Selon toujours ces experts, la situation des défenseurs des droits humains s'est considérablement détériorée depuis plus d'un an et demi. « Ceux qui n'ont pas encore quitté le pays craignent pour leurs vies et sont victimes d'intimidations incessantes, de menaces, de détentions arbitraires, de tortures et de disparitions forcées », alertent les experts indépendants onusiens.
 
Ce groupe d'experts de l'ONU met aussi en garde contre ce qu’il appelle « les faits restrictifs et stigmatisant » de la législation récente sur les ONG.
 
Ces experts demandent alors au gouvernement burundais de réviser la nouvelle législation sur les ONG dans le but d'assurer le respect du droit international et des normes internationales. « Ceci pourra prévenir des conséquences néfastes sur le travail des centaines d'organisations et de défenseurs des droits humains », expliquent-ils.
 
Dans leur conclusion, les experts indépendants des Nations-Unies exhortent le gouvernement à mettre fin au climat d'impunité et à coopérer avec la commission d'enquête sur le Burundi ainsi qu'avec le Haut-Commissariat des Droits de l’Homme afin de mettre fin à la crise à laquelle le pays est confronté.
Lu 348 fois

Publicité

TAARIFA YA HABARI YA 26/04/2015

Qui est en ligne?

Nous avons 232 invités et aucun membre en ligne