Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Des détenus victimes de violences physiques par leurs codétenus à Mpimba

samedi, 04 mars 2017 17:45
Évaluer cet élément
(0 Votes)

A la prison centrale de Mpimba dans la ville de Bujumbura, ertains représentants des prisonniers malmènent et torturent leurs codétenus sans être inquiétés. Les prisonniers les plus visés sont ceux accusés d'être opposés au 3ème mandat du Président Pierre Nkurunziza. Dans cette sale besogne, ces prisonniers agissent en complicité avec les chargés de la sécurité interne de la prison. 

 

Le Directeur de la prison centrale de Mpimba, OPC2 Déogratias Bigirimana, est accusé par les prisonniers dits opposants au pouvoir de Pierre Nkurunziza, de garder un silence complice devant les exactions et autres traitements inhumains et dégradants qu'ils subissent de la part de leurs co-détenus qui sont chargés de la sécurité.

 

Depuis sa nomination à ce poste, les prisonniers accusés d'avoir pris part à des manifestations contre le 3ème mandat du Président Nkurunziza ont été la cible des transferts vers d’autres prisons. Les autres ont été obligés de changer leurs logements de force par des agents de sécurité, vers la cuisine ou tout près des lieux nauséabonds de la prison.

 

Selon nos sources à la prison centrale de Mpimba, un certain Félicien et un autre du nom de Prime ont été passé à tabac toute une nuit cette semaine dans un lieu appelé communément "Kw'isoko".

 

L'adjoint du chargé de la sécurité des prisonniers, Justin Mugisha, serait chargé de réquisitionner de force les téléphones portables des prisonniers. « Celui qui hésite à le rendre est malmené et sérieusement battu », témoignent nos sources.

 

Ainsi, un prisonnier nommé Désiré s’est fait arracher son téléphone de force par Justin Mugisha et ses acolytes. « Il l'a jeté par terre et l'a écrasé », explique une source, avant de le tabasser durant trois jours. Le même détenu a dû passer une nuit en dehors de sa cellule, en train de se faire uriner dessus par les chargés de sécurité à Mpimba.

 

La semaine dernière, le nommé Jean-Marie Haragakiza, récemment transféré de Rumonge vers Bujumbura, a failli lui aussi être tué par ce même Justin Mugisha pour une affaire de téléphone portable.

 

Justin Mugisha n'a jamais été inquiété, raison pour laquelle les autres prisonniers parlent d'une « complicité de la direction ».

 

Nous avons essayé de joindre à plusieurs reprises l'OPC2 Déogratias Bigirimana, Directeur de la prison centrale de Mpimba, mais il n'a pas décroché son téléphone.

Lu 309 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 126 invités et aucun membre en ligne