MINUSCA : Un sous-officier détenu à l’Etat-major du contingent Burundais de maintien de la paix

vendredi, 06 janvier 2017 09:17
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Un sous-officier de l’armée burundaise en mission onusienne de maintien de la paix en République Centrafricaine est sous les verrous depuis quelques jours. Il est accusé de collaborer avec les bandes armées ou les groupes rebelles qui se prépareraient pour combattre le pouvoir de Bujumbura.  Ce sous-officier nie toutes ces accusations qu’il qualifie de montage grotesques.
 
Le sous-officier sous les verrous en Centrafrique est l’Adjudant-chef  Elysé Nduwumukama du 2ème Bataillon MINUSCA, la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Centrafrique. Il est incarcéré dans les cachots de l’Etat-major du contingent des militaires burundais de la MINUSCA. 
Des sources militaires en Centrafrique précisent qu’il est en garde à vue, parce qu’il est accusé de collaborer avec les groupes rebelles qui seraient en train de se préparer pour attaquer et combattre militairement le pouvoir de Bujumbura. 
 
Pourtant, selon ces mêmes sources, les accusations à l’endroit de l’Adjudant-chef Elysé Nduwumukama sont mensongères et résultent d’un montage grotesque orchestré par le Capitaine Ndayisaba surnommé « Nkoko », lui aussi en mission au sein de la MINUSCA. Les deux militaires sont tous issus des anciennes Forces Armées Burundaises (ex-FAB), mais le Capitaine Ndayisaba serait en train de se lier d’amitié avec ceux issus des anciens mouvements armés ex-PMPA. 
 
« Le Capitaine Ndayisaba a changé après que son domicile ait été fouillé à Gitega, sa femme arrêtée, puis libérée par des policiers. Depuis lors, cet Officier aurait eu peur et aurait emprunté ce moyen de porter de fausses accusations à ses collègues pour être bien vu », affirment les mêmes sources en Centrafrique.
 
Les militaires burundais du 2ème bataillon MINUSCA demandent à l’ONU de leur venir en aide afin de protéger ce sous-officier contre les plans et courant politico-sécuritaire du pouvoir de Bujumbura. Pour eux, l’Adjudant-Chef Elysé Nduwumukama est victime d’une simple suspicion. 
 
Le Capitaine Ndayisaba et le chargé de la communication du contingent burundais de la MINUSCA ne se sont pas encore exprimés sur ce cas.     
 
Lu 471 fois

Publicité

TAARIFA YA HABARI YA 26/04/2015

Qui est en ligne?

Nous avons 181 invités et aucun membre en ligne